IMG_1756



Moi qui ai tant profité des témoignages des autres, c'est obligé, je dois raconter notre expérience couches lavables, au cas où ça pourrait servir à quelqu'un, convaincre quelqu'un.

Idées reçues

*C'est dégoutant de devoir nettoyer du caca !

Quand on utilise des couches lavables, on ne nettoie presque pas de caca, car on met au fond des couches une sorte de lingette biodégradable qui, lorsque caca il y a eu, on jette dans les toilettes. La partie lavable de la couche n'est pas souillée. Enfin si, des fois, honnêtement, il y a une partie de 1 cm de chaque côté de la lingette qui a un peu morflé, et bien on racle un peu (avec une petite cuillère (qui ne sert qu'à ça (je dis ça au cas où vous viendriez bouffer chez nous (et la cuillère, on ne la lave pas avec la même éponge que le reste de la vaisselle, soyez tranquilles)))), ça prend deux secondes, et c'est bon. Quand il y a juste eu un pipi dans la couche, on peut mettre la lingette à la machine et la réutiliser. Elle ne se disloque pas au lavage (sauf si on la lave dix fois parce qu'elle n'a connu que des pipis la pauvrette).

*On revient à l'époque de nos grands-mères !

Sauf qu'à l'époque de nos grands-mères, il n'y avait pas de machine à laver.

*Il faut tout le temps lancer des machines !

Honnêtement, au départ, on a  essayé mais on est comme on est (c'est à dire bordéliques, pas organisés et flâneurs) et on ne se met pas la pression. Chaque change où on met une couche lavable plutôt qu'une couche jetable, et bien c'est toujours ça de gagné pour la planète. En moyenne, on lance une machine de couches par semaine, et il y a souvent un jour où on est à cours et où on utilise trois ou quatre couches jetables. Les couches sales sont contenues dans deux poubelles qui ferment, ça ne sent absolument pas mauvais (contre toute attente), mais genre ça ne sent rien du tout et même, c'est dans les périodes où on a  utilisé plus de couches jetables et qu'on en remplissait la poubelle officielle de notre salle d'eb' qu'on a trouvé que ça sentait hyper mauvais. Bien qu'on ne lance pas une machine de couches tous les deux jours, nous n'avons aucun problème de mouches, ou de moisissures ou je ne sais quoi. Tout va bien en fait.

Notre expérience de la couche lavable

Au départ, on a utilisé les couches jetables de la maternité et c'était si facile qu'on se serait presque laissé convaincre, malgré ma motivation initiale d'avant-accouchement (mais nos débuts de parents ont été assez durs donc ma motivation était nulle pour beaucoup de choses, tout à coup).
Bon, on a quand même fait l'effort de commander un lot de couches à tester à la Couchotèque. Vous écrivez, vous payez et hop, vous recevez un échantillonage de ce qui se fait en matière de couches lavables, que vous pouvez garder pendant trois mois, pour vous faire une bonne idée des modèles pratiques et adaptés à votre vie et surtout à votre bébé. Ce quie st super, c'est que la couchotèque est un excellement interlocuteur. Pendant la location, mais même après, donc quand on n'est plus client, on a toujours reçu réponse à nos questions, et même LA réponse qui nous a sauvé notre expérience couches lavables ! Si c'était à refaire, je re-louerais mes couches à la Couchothèque, vraiment ! (cet article n'est pas sponsorisé, je suis juste réellement convaincue et reconnaissante (et d'ailleurs, merci Anaïs, de nous avoir filé le lien quand j'étais enceinte, dans les commentaires de ce blog !))

On a reçu les couches de la couchothèque, on a aussi reçu des couches de la part de mon amie V. qui nous prêtait les siennes, et puis j'ai été dans les deux boutiques qui vendent des couches lavables dans mon quartier bruxellois et j'ai acheté un modèle chez chacun, modèles qui n'étaient pas représentés dans mon colis de la couchothèque, pour essayer.

Au départ, toutes les couches fuyaient. On était au bord du désespoir, on devait changer draps, bodies, pyjamas, cinq fois par jour, on s'est dit que ça n'allait pas être possible mais on était hyper déçus, franchement, on avait envie.
Et puis subitement, on ne sait pas trop pourquoi (même si on a des pistes), pouf, ça a marché, et il n'y avait plus qu'un seul modèle qui fuyait (le modèle qu'on n'a jamais réussi à apprivoiser), tous les autres allaient (du coup, casse-tête pour choisir les modèles de couches qu'on allait acheter...). Ce qui a peut-être changé la donne par rapport à quand ça fuitait de partout, c'est primo qu'au départ on ne faisait pas attention à diriger le zizi vers le bas dans la couche. Deuzio parce qu'on ne serrait pas assez les couches. Tertio parce qu'on ne changeait pas notre bébé assez souvent, je pense... (on redoutait un peu de le changer parce que ça le faisait hurler à la mort et comme on l'aimait beaucoup on n'avait pas envie qu'il hulre à la mort donc on préférait le garder dans nos bras et à un moment on se disait "merde, une fuite").

On a choisi d'acheter des Flip, ce sont des "sur-culottes" dans lesquelles on met un tissu (en coton bio pour notre part, mais il existe d'autres matières) plié. On a choisi des tissus fins, et des tissus plus épais, pour les nuits. C'était pas mal parce que ça faisait une épaisseur de couche "normale", on n'avait pas l'impression que notre bébé était coincé les jambes écartées à cause d'une couche super épaisse), et des Bumgenius, qui sont des couches lavables en un seul morceau, qu'on a choisies parce qu'elles nous semblaient imbattables niveau absence de fuites.

(On avait entendu dire que toutes les couches n'allaient pas à tous les bébés, que c'était un problème de morphologie, et on a finalement appris que c'était plutôt une question de taille de vessie et surtout, de façon de faire pipi : en un seul jet surpuissant ou en micro-gouttes qui coulent au compte-gouttes.)

Et puis... et puis ça  a merdé. Ca a fonctionné genre trois mois, et puis on s'est mis à avoir des fuites systématiquement. On a vérifié que notre lessive convenait, il n'y avait pas de souci (on utilise de la Bon*ux mais on en met deux fois moins que prescrit sur l'emballage et notre linge est plus blanc que blanc). On a mis des produits absurdes dans la machine et ça n'a pas fonctionné, on a fait faire des bains aux cristaux de soude à nos couches, on les a lavées au produit pour lave-vaisselle (si si), ça c'était miraculeux mais deux semaines plus tard, rebelotte, fuites !

On a donc écrit à la Couchothèque, qui nous a envoyé une liste longue comme un bras de trucs à faire pour avoir des couches opérationnelles, et on était très soulagés parce qu'on avait l'impression que c'était fichu et que ça n'allait juste jamais marcher, et tout à coup il y avait de l'espoir !

On a appris qu'il fallait faire subir un rinçage aux couches dans la machine, avant le lavage, ce que nous ne faisions pas. Nous n'avons pas d'option "rinçage" sur notre machine, mais nous faisons un prélévage sans mettre de lessive dans le compartiment "prélavage". Et voilà. Plus aucun souci...

Aussi, il faut s'inventer de la débrouillardise. Par exemple, on ne l'avait pas du tout prévu, mais c'est finalement assez logique : quand votre bébé grandit, sa vessie grandit aussi, et il fait de plus gros pipis (enfin, chez nous, c'est le cas). Du coup, à un moment, les tissus fins Flip n'ont plus suffit ! On a rajouté par-dessus, dans ses couches, des langes en tétra, pliés, et c'était bon... Ca lui fait des grosses fesses mais on ne lui met de cet assemblage-là que lorsqu'il va boire un biberon. On a recyclé nos vieux torchons moches en couches, aussi, ça fonctionne très bien. Les Bumgenius, petite contenance de pipi, peuvent fuiter, donc elles ne servent que pour les siestes. Les Flip épaisses destinées à la nuit sont devenues nos couches de jour favorites. On a aussi découvert les "boosters", des bandes hyper absorbantes à rajouter par-dessus les tissus Flip de base, quand l'enfant grandit (très bien, les boosters !).

Et la nuit, et bien la nuit, on lui met des couches jetables...

Je crois que j'ai tout dit. Nous sommes tout à fait heureux de cette expérience.

Nous avons investi aussi dans des cotons lavables sur le site des Tendances d'Emma et ça, c'est juste super facile et je trouve beaucoup plus pratique que le coton jetable qui a tendnace à perdre ses poils sur les fesses, alors que là, non, vu que c'est du tissu.

Quand nous partons en vacances, nous sommes très "couches jetables". Pourtant, je rêve de faire sécher nos couches lavables dans un jardin parce qu'il paraît que le soleil leur rend leur blancheur juvénile.

Enfin voilà. Il me semble que j'avais un autre truc à dire mais je ne me souviens pas quoi, je reviendrai peut-être rajouter un ps !

ps : ça y est, je sais ! Je voulais dire que je lave toutes les couches à 60°C, même quand c'est précisé qu'il faut les laver à 40°C.
pps : magasins de couches lavables à Bruxelles (sûrement entre autres) : Les Choux Verts et Super Green Me (en tout cas, bons conseils et adorabilité au rendez-vous chez ces deux-là !).

En image, les couches louées à la Couchothèque.