lundi 10 mars 2008

encore lundi

Je ne sais pas comment vous remercier pour votre prévenance, votre présence et votre chaleur ! Je retiens tous vos trucs anti-déprime. J'avoue que lire tous les commentaires du post précédent a été un super anti-déprime pour moi. :-)
Vous êtes super !
Merci !

Je crois que le premier truc que je vais mettre à exécution, c'est mettre du vernis à ongles rouge, sur les doigts de pieds mais aussi sur les doigts de mains, mais 'faut d'abord que je fasse la vaisselle pour éviter les fendillements (le liquide vaisselle, c'est pire que du dissolvant).
Aujourd'hui, ça va mieux. Couacman pourrait aussi être appelé Super(Couac)man. D'abord, hier matin, il est allé acheter des couques parce que je commençais à cafarder dès le réveil. Ensuite, je lui ai demandé de me couper les cheveux, je lui ai demandé un carré très légèrement plongeant et pouf, il l'a fait (et je suis HYPER contente du résultat !... Aujourd'hui, à l'école, tout le monde m'a dit que j'étais bien coiffée et on m'a même demandé quel était mon coiffeur ! Je suis super fière, et Couacman, ouh la la Couacman, il nage dans le bonheur et ronronne quand je lui liste tous les compliments reçus ('y a même une fille qui m'a dit que j'avais le copain idéal, ouh la la !...)).
Bon, sinon, nous sommes allés à la "Foire du livre off", ce qui ne fait pas de mal, et hier soir, Couacman m'a emmenée manger dans un resto éthiopien qui était tout ce qu'il y a de plus chouette ! Il fallait manger à la main, on avait une grande assiette pour deux, c'était très convivial. La nourriture était très bonne, épicée mais quand même goutue. Ensuite, la musique était géniale. Du coup, aujourd'hui, nous sommes allés louer des cd de musique éthiopienne à la médiathèque. Pour ceux que ça intéresse, le resto, c'était Kokob.

Photo_272

Posté par couac couac à 19:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 7 mars 2008

symptomes et remèdes (à vérifier)

Symptomes
Le matin, je ne suis plus enthousiaste à l'idée de me lever. Au p'tit dej', je n'aime plus la confiture de figue. Sous ma douche, je trouve l'eau trop peu bouillante. A l'école, les escaliers sont trop longs. A l'atelier, je n'arrive PAS à m'intégrer (ça, c'est le pire du pire, je ne m'en remets pas. Tout le monde est adorable mais rien à faire, que nenni, y a comme un couac, je me sens mal dans ce groupe qu'est l'atelier, je suis paniquée, j'ai l'impresssion d'être chaussée de gros sabots, je ne me sens pas fine, je n'ai pas envie de sourire, rire, discuter, je ne trouve pas ma place - c'est le pompon). J'ai la flemme d'être ailleurs qu'à l'école ou à la maison. Si il faut aller à la Poste, je m'en fais une montagne, je me fais des films absolument cauchemardesques (par exemple, je ne peux pas m'empêcher de m'imaginer que je vais me faire écraser par une voiture). Je me sens moche, je n'aime plus mes habits. Je n'ai pas envie de travailler mais je n'ai rien envie de faire non plus à la place. Je suis de moins en moins bavarde (sauf avec Couacman et Couacmama), quand je retrouve des gens et qu'ils me demandent ce qui m'arrive en ce moment, je ne sais pas quoi dire, j'ai beau réfléchir, rien ne vient. Je me sens triste, j'ai le coeur gros. Je pleure souvent. Je me sens toute vide. Et ce depuis octobre, plus ou moins selon les semaines, les jours, les heures... parce que je suis aussi très très lunatique.
Remèdes
Aller à la librairie le plus souvent possible et ne pas me priver de feuilletage. Manger du chocolat, des croque-monsieurs au Mars. Essayer de donner des nouvelles à tout le monde. Travailler le plus et le mieux possible. Manger des oranges et du steack. Aller chez le coiffeur (?). Ecouter de la musique (mais quoi ? Toutes suggestions acceptées). M'occuper du linge sale (j'adore ça). Aller regarder les pauvres petits lapins qui sont dans la vitrine de l'animalerie de la rue de Flandres (il y a des bébés avec des oreilles toute minus).

Quoi d'autre ?...

Posté par couac couac à 23:09 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

deux lectures qui valent le coup

Hier, à la foire du livre de Bruxelles, mon porte-monnaie s'est ouvert tout seul lorsque je suis tombée sur Les démons caca (et ne riez pas du titre, c'est très sérieux), de Fabienne Loodts. J'aime avoir le sentiment qu'un livre me donne un peu une "leçon de vie" et que, ouvert au bon moment, il saura me parler et me consoler. Si vous aussi, allez vite vous acheter Les démons caca pour soigner votre prochaine déprime !
Avec Couacman, nous avons aussi investi dans Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d'une vie !, de Camille Jourdy. C'est beau ! Et ça raconte une belle histoire. C'est drôle, aussi... Bref, je ne sais pas trop vanter les mérites d'un livre, et pourtant celui-ci a tout pour plaire ! :-)

CIMG8947 CIMG8950


Posté par couac couac à 20:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

deux semaines d'école, un exercice

2eme_essai__le_bon__pouic_et_mouic_2_copie quatri_me_image_premier_essai_pouic_et_mouic_copie

Le mot d'ordre : n'utiliser que des tissus, les triturer et s'en servir pour raconter une histoire en cinq images. Interdiction de représenter quoi que ce soit de figuratif.
Voici ma proposition. Une sombre histoire de dispute et de difficultés à demander pardon. Là, vous pouvez voir le grand qui s'amuse à faire peur au petit, et le grand qui fini par dire pardon après avoir été tout tourneboulé de l'intérieur.

Posté par couac couac à 19:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
samedi 1 mars 2008

post spécial Maman

Maman, avons-nous gardé les livres pour enfants que nous avions à la maison ?
Sinon, je n'ai pas encore reçu le gros paquet dont tu m'as parlé mais je guette, je guette !

Posté par couac couac à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 29 février 2008

Je me souviens d'une fois à Poissy où Marie et moi allions au collège ensemble à pieds, sous la pluie. Notre parapluie s'était retourné. Pour le débloquer, nous avions usé d'une technique indescriptible qui l'avait littéralement ventousé au sol, manche en l'air. Nous n'arrivions pas à le récupérer, même en tirant dessus comme des folles.

Posté par couac couac à 23:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

bibliothèque

Plus je passe de temps à la librairie, plus l'envie me prend d'avoir chez moi une vraie collection d'albums jeunesse. Je commence à céder à la tentation ! Aujourd'hui, j'ai fini les cours plus tôt que d'habitude alors après le gouter, j'ai filé chez Tropismes, qui ferme plus tard le vendredi soir. J'ai passé deux heures formidables à feuilleter et à lire tout ce qui se présentait à moi ! Je me suis offert Max et les maximonstres de Maurice Sendak, parce que c'est un classique et puis aussi parce qu'il y a une ambiance qui m'attire et m'effraie (et que ça me plaît) ; je le trouve beau (et un peu angoissant). J'ai aussi acheté Champignon Bonaparte de Gilles Bachelet, parce que je le trouve incroyable. Ce n'était pas le coup de foudre au départ mais à chaque fois que je passe à la librairie, je ne peux pas m'empêcher d'en lire une ou deux pages et j'ai bien été obligée d'admettre que j'étais assez fascinée. En plus, c'est très drôle et il y a plein de trucs à regarder. Je me suis dit que c'était le genre de livres qu'on ne pouvait pas se contenter de lire vite fait (et ça force mon admiration). J'ai failli acheter 365 pingouins de Joëlle Jolivet et Jean-Luc Fromental, parce que je l'aime depuis trop longtemps pour ne pas l'avoir chez moi, mais tout compte fait je le prendrai la prochaine fois. Et j'ai commandé Le voyage de la femme éléphant, de Manuela Salvi et Maurizio Quarello, je l'aurai jeudi, chic chic chic !

CIMG8915       CIMG8919 365_pingouins LeVoyageDeLaFemmeElephant

Posté par couac couac à 20:58 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
mercredi 27 février 2008

histoires de mouchoirs

mouchoir_copie

J'ai rencontré un garçon qui m'a expliqué qu'il se mouchait de façon progressive dans ses mouchoirs : quand le mouchoir est propre,il se mouche dans un coin. Puis, à chaque fois qu'il réutilise ce même mouchoir, il se mouche de plus en plus vers le coin opposé à celui par lequel il a commencé, la partie du mouchoir déjà salie roulée en boule dans sa main. J'ai parlé avec un autre garçon qui, lui, se mouche d'abord dans les quatre coins du mouchoir puis une fois au milieu et pfuit, le mouchoir est bon pour la poubelle. Couacman, lui, se mouche toujours sur la même face d'un mouchoir, pour ne pas donner à voir ce qui coule de son nez à un éventuel oeil qui traîne. En plus, il prend soin de se moucher derrière le mouchoir en tissu, là où il n'y a pas de dessin, là où le motif du tissu est flou, pour que la belle face soit visible par ceux qui l'entourent. Personnellement, je ne me suis jamais posé de questions à ce propos. Je me mouche n'importe-comment, à cheval sur un pli, dans un mouchoir sale, propre, plié, déplié... (d'ailleurs, quand j'étais au CP, je m'étais même mouchée dans un morceau de moquette !... :-(  )
Et vous ?

Posté par couac couac à 19:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
lundi 25 février 2008

spéciale dédicace...

... à Mariaba, à qui je pense tous les jours sur le chemin de l'école en passant devant cette maison ! :-)

CIMG8903 CIMG8905

Posté par couac couac à 21:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 22 février 2008

des amis

Ce soir, j'ai vu une de mes deux copines d'enfance, qui était en voyage d'affaires à Bruxelles (et oui ! La licorne de la cour de récré s'est transformée en femme d'affaires !). Je lui ai parlé d'un truc qui me serre le coeur depuis trop longtemps : je ne donne PLUS de nouvelles. Ca date d'avant ce blog. Moi qui étais une grande grande écriveuse de lettres, et une grande attentive de la sonnerie du téléphone, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé, si c'était du jour au lendemain ou bien petit à petit, mais je suis devenue une tombe (ou une carpe, c'est moins triste), muette. Pas seulement muette du genre "je ne donne plus de nouvelles" mais aussi muette du genre "je ne réponds plus au téléphone" et "je mets six mois à répondre à un mail", et ce pour tous les gens qui m'entourent, proches, ou lointains. Ce n'est pas du tout pour couper les ponts, pas parce que ce sont des relations qui ne me satisfont plus... mais je ne sais pas, tout à coup, une angoisse d'avoir changé, qu'on ne m'aime plus, d'être saoûlante,de n'avoir rien à dire, de décevoir... peut-être aussi une flemme à un moment donné, parce que j'ai beaucoup déménagé et que j'ai laissé des amis à chaque endroit... et qu'il faut donner des nouvelles à tout le monde. Et c'est un cercle vicieux. Parce que du coup, à force de ne plus donner de nouvelles, je pourrais comprendre que tout le monde m'en veuille, et du coup je n'ose pas rappeler les gens. Je me sens bête, pas très adulte. Je suis hyper lâche. Et je suis bien seule, aussi. Tout ce monde me manque.
Ma copine femme d'affaires m'a rétorqué qu'il était temps que je m'y remette, aux lettres et coups de fils. Que ça pouvait être difficile  mais que ça faisait plaisir. Je me suis sentie immensément soulagée de lui en avoir parlé. Je crois que ce post posté, je vais me lancer !

Posté par couac couac à 23:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]