vendredi 19 septembre 2014

vie professionnelle et maternité

IMG_2236



Avant, j'avais du temps. Le matin, j'allais peinard bosser alimentairement, le midi je rentrais, je mangeais et puis l'après-midi, et bien je me disais qu'il fallait que je dessine, que j'avance dans mes projets, mais j'étais très méditative et je dessinais effectivement une heure, pour trois heures de rêvasserie. Ca m'allait très bien.

Un jour, j'ai réalisé que peu m'importait de gagner ma vie par l'illustration : ce qui m'intéressait, c'était de mener mes petits projets comme je l'entendais, peinarde (j'aime être peinarde). Bien sûr, j'avais envie d'être publiée, diffusée, d'avoir des jeunes lecteurs, j'avais envie de gagner éventuellement des sous comme ça (voire plein de sous) mais mon but n'était pas de gagner à tout prix des sous en dessinant, j'avais envie de m'offrir le luxe de ne participer qu'aux projets qui m'intéressaient, d'avoir le temps de réaliser mes projets à moi et pas de les faire passer après des projets qui m'auraient moyennement dit mais qui m'aurait rapporté un peu d'argent.

Parfois, je rencontrais des directeurs artistiques de maisons d'édition, enthousiastes, voire carrément excités en regardant mon travail, ce qui m'excitait aussi, et donnait des conversations animées et passionnées (je suis du genre réservée mais pas quand il s'agit de mon travail et que je suis face à un directeur artistique). Une fois, un de mes projets a failli être concrétisé, j'ai rencontré l'éditeur, deux fois, dans son bureau. Et puis finalement pas. Une directrice artistique m'a dit que mes cartes de voeux restaient toute l'année accrochées au-dessus de son bureau. Bref, rien de concret mais de quoi garder la motivation. Bon, et puis je dis "rien de concret"... je parle de l'édition. Parce qu'à côté de ça, j'ai reçu pas mal de commandes de faire-parts, j'ai décoré une caravane pour un restaurant (ce qui m'a ravie - j'en garde un souvenir grisant...).

Et puis, je suis tombée enceinte, et j'étais très sereine quant à ma possibilité de dessiner encore une fois mon bébé né. Je me disais qu'un bébé, ça faisait beaucoup de siestes et que ça me suffirait amplement pour dessiner (vu qu'on n'avait pas de place en crèche).

Et puis, Petit J. est né, et il se trouve qu'il trouve ça absolument impensable de faire sa sieste ailleurs que dans un porte-bébé, déjà que l'idée de faire une sieste, franchement, on se demande d'où ça peut bien nous venir une idée pareille (c'est bien une idée de parents tiens !) ! Et là, j'ai mis cinq mois à dessiner son faire-part de naissance (que je n'ai toujours pas fini d'envoyer d'ailleurs... hum...) alors qu'en plus, je savais à l'avance ce que je voulais dessiner ! Ce n'était que de la réalisation ! Cinq mois ! Il faut dire qu'il a eu une période où il n'acceptait de dormir que si il sentait le délicieux fumet du sein près de ses narines, du coup je dessinais  le bébé sur mes genoux, c'était acrobatique.

J'ai compris que sans crèche, ça allait être chaud de continuer le dessin.

Sauf que ! Il se trouve que juste avant d'accoucher, je ne pouvais plus dessiner non plus car assez tôt dans ma grossesse, j'ai eu mal au ventre quand j'étais assise (ce qui explique que je n'aie pas dessiné le faire-part avant la naissance), du coup j'écrivais allongée sur mon lit. Et donc, comme je n'ai aucun problème pour écrire en ayant un bébé endormi dans les bras, comme ça ne me pose pas de problème d'avoir juste trois minutes devant moi pour écrire (alors que pour dessiner, si. J'ai besoin d'un long temps pour bien réfléchir au trait que je vais faire avant de le faire) et que je peux donc le faire en mangeant mon sandwich le midi du jour où je bosse alimentairement toute la journée, et bien j'ai décidé de changer un peu de perspective et d'écrire.

Ca me contente. J'aime énormément écrire. Comme quand je dessine, je ne suis plus là où je suis mais je suis dans la scène. Mais c'est plus facile pour moi avec l'écriture. Je suis frustrée de ne plus dessiner (ou si peu). J'ai aussi peur de ne plus savoir le faire, après. Peut-être que je retrouverai le dessin avec un peu moins d'ingratitude qu'avant d'arrêter (parce que si vous saviez ce que je peux m'énerver sur ma feuille).

Par contre, ce qui a changé, c'est que maintenant, c'est devenu important pour moi que ça avance VITE. Alors qu'avant, je me laissais toute la vie, là, je n'ai pas envie que ça traîne. Je crois que c'est parce que j'ai très peu de temps pour moi, et parce que je vois le temps filer dix fois plus vite... Trouver un éditeur, gagner des sous en publiant un texte serait pour moi une fenêtre ouverte, une liberté nouvelle, un bol d'air frais. Les semaines passent tellement vite que je me sens prise dans un tourbillon, emportée dans le flux du toboggan de la piscine sans pouvoir m'accrocher à rien. J'ai un peu peur pour ma vie professionnelle depuis que je suis maman. Le fait de ne plus avoir le temps de rêvasser, de méditer, est compliqué pour moi, aussi. Paniquant.

Mes projets d'histoires restent les mêmes, même depuis Petit J.. Je ne suis pas très inspirée pour écrire des livres pour tout-petits. Lui, il aime les livres qui l'air de rien, racontent sa vie. Des choses très simples. Les pages qui l'intéressent sont celles où on change la couche du bébé, celles où il y a un bébé qui pleure, celles où il faut penser à emmener biberon et doudou, celles où il y a un chat ou un papa. Moi j'aime bien rentrer un peu plus dans les détails...

Je me dis qu'au pire, si je ne suis pas publiée par un éditeur, je m'auto-éditerai (j'ai déjà réfléchi à la question), et puis de toute façon, au pire du pire, ce ne sera pas si pire puisque j'aurai de toute façon au moins un lecteur (sauf si ce que j'écris/dessine le barbe comme pas permis, mais bon, on verra...) !



(bisous Gina Paillette !)

Posté par couac couac à 22:06 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

mardi 28 février 2012

Le tag des onze questions, le voici le voilà !
Proposé par Fanny (au blog splendide donc ne perdez pas de temps, filez-y vite !).

- Vous devez poster les règles du jeu sur votre blog.
- Chaque personne doit écrire 11 choses à propos d’elle-même sur son blog.
- Répondre aux 11 questions puis en créer 11 nouvelles.
- Vous devez choisir 11 personnes et mettre un lien de leur blog sur votre post.
- Rendez-vous sur leur blog afin de leur dire qu'elles ont été taguées.
- Ne faire aucun tag sans les prévenir.

Onze choses sur moi...
*Je mesure 1m70 et pèse 68 ou 67 kg selon les semaines (je me pèse tous les mardis). Je chausse du 42 et je taille aussi 42 pour les jupes, les pantalons et les robes. En haut, je fais du 38/40, je n'ai pas l'épaule très large. J'ai des grains de beauté plein la figure et le cou, j'ai l'oeil noisette, le cheveu châtain, le doigt de main mais aussi de pied assez long, la cuisse musclée et le dos aussi, mais le ventre pas.
* A Noël, j'ai marché dans la rue à côté de mon frère et mes talons faisaient "clac clac" et il m'a dit "mais ne fais donc pas tant de bruit ! Tu crois vraiment que si tu marchais pieds nus, là, tu taperais autant sur tes talons ?" et depuis, ça me poursuit, je n'arrête pas de penser à lui quand je marche dans la rue, je me dis "pieds nus ma fille, tu es pieds nus" mais je n'arrive pas à marcher moins fort.
* Le soir en ce moment, je suis tellement crevée que j'ai la flemme d'aller me coucher.
* Depuis que je ne mange plus de crème, je n'ai plus jamais fait de crise d'asthme le soir... (alors qu'avant, c'était tous les soirs).
* L'autre nuit, j'ai rêvé que j'avais une sucette collée à une dent du fond, que je n'arrivais pas à décoller. Suite à ça, j'ai eu mal aux dents toute la journée qui a suivi.
* Quand j'ai mal au ventre, je m'allonge sur le dos sur le lit, et Couacman s'allonge perpendiculairement à moi en posant son menton pointu sur mon ventre, et il laisse tout le poids de sa tête s'enfoncer dans mon ventre par son menton. Ca fait archi mal mais au bout de quelques secondes, on entend tout les deux "gggbbbrrruik" et ensuite je n'ai plus du tout mal.
* Je mets mon réveil à 7h44 parce que c'est une autre période temporaire que 7h45, qui signe la fin de l'heure en entamant son dernier quart. A 7h44, je suis encore dans la période d'avant et ça me donne l'impression d'avoir plein de temps devant moi.
* Je n'ai pas encore envoyé toutes mes cartes de voeux 2012 mais j'ai décidé de passer outre la loi du 31 janvier. D'ailleurs, je n'ai pas non plus encore envoyé toutes mes cartes de voeux 2011...
* Une fois, avec Couacman, on a essayé de mettre nos yeux ouverts le plus près possible l'un de l'autre et en fait, à 1 mm de distance, on a tout les deux eu un sentiment d'"aimant", comme quand on approche deux aimants l'un de l'autre et qu'à la fin ils se collent brusquement l'un à l'autre. Ca nous a carrément dégoutés mais on a déjà envisagé de ré-essayer pour voir.
* Ca m'arrive de parler à mon corps (dans ma tête). Par exemple, quand je monte une côte d'un bon pas, je peux me dire "ouais, vas-y, continue mon pote, t'es super là !").
* Quand j'étais petite, chaque coin de mon oreiller représentait un rêve, et si je changeais ma tête de place sur l'oreiller, et ben je changeais de rêve alors je pouvais choisir celui que je préférais avant de m'endormir. C'était un peu comme un cinéma 4 salles où j'aurais pû tester un peu tous les films avant de choisir celui que je voulais vraiment voir.

Les onze question de Fanny !
*Un petit boulot que avez-vous fait ?
Avant de bosser alimentairement là où je bosse, j'ai fait de l'intérim et ma mission était de rester postée 5 heures à une sortie de la gare et de compter les gens qui passaient.
*Le dernier concert, la dernière exposition que vous ayez vus ? Le dernier concert, c'était Michel Legrand ! La dernière expo... je ne me souviens plus... C'était à Bozar je crois, un truc sur l'art contemporain mexicain mais qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable.
*Votre recette fétiche ? La recette de la quiche ! Avec une pâte faite "maison", et puis dedans, des bons lardons pas pré-cuits parce que sinon, je trouve que c'est moins bon, et puis du lait et de la crème moitié/moitié, et des languettes de fromage posées sur le dessus, qui croustillent après cuisson. J'aime bien la quiche, c'est régressif je trouve.
* Un pays, une ville que vous souhaiteriez découvrir ? Le pays où j'aimerais bien aller, c'est le Danemark ! Parce que je trouve ça mystérieux, ça ne m'évoque pas grand chose. La ville, ce serait Lisbonne, mais j'aimerais bien aussi aller à Londres où je n'ai jamais mis les pieds.
* Un fou-rire mémorable ? La première fois que j'ai vu Couacman avoir un fou rire, car il a le fou rire très très communicatif !
* Un objet qui vous est cher ? la bibliothèque verte, fabriquée d'abord par mon père puis par Couacman.
* Un lieu que vous adorez ? C'est difficile de choisir... Allez, les côtes du Morbihan, les niniches de Quiberon, les caramels au beurre salé, le vent, les pins, les promeneurs, les pêcheurs, les plongeoirs au large, les restaurants de poisson, et les routes goudronnées pleines de trous.
* Un mot que vous aimez prononcer ? "dat klopt", c'est du néerlandais et ça veut dire "c'est juste".
* Un rêve fou ? Faire de la danse. ce qui est cool c'est que je vais pouvoir le réaliser !
* Une expression souvent dite ou entendue ? "ouais, ça craint ici", dit parfois Couacman quand on décide partir de quelque part ("on part ?" "ouais, ça craint ici" (quand on part d'un café par exemple).
* Une fleur ? Pour l'odeur, le mimosa. Pour la forme, les renoncules. J'aime bien aussi les tournesols...

Onze nouvelles questions !
* Que faites-vous quand vous avez une heure à tuer ?
* Comment vous êtes-vous retrouvé à vivre là où vous vivez ?
* Au volant de quelle voiture vous imaginez-vous le mieux ?
* Quel est l'habit qu'à chaque fois que vous le mettez vous vous haïssez de l'avoir mis, et pourquoi ?
* Pouvez-vous dormir dans un lit pas bordé aux pieds, pouvez-vous dormir la fenêtre pas ouverte, et sans volets ni rideaux ?
* Quelle est la plus belle partie de votre corps, selon vous, et pourquoi ?
* Etes-vous plutôt "plein de chaussures pas chères" ou "une seule paire mais très chère" ?
* A quel moment avez-vous pensé qu'un téléphone portable vous serait utile ? Pourquoi ?
* Avez-vous souvent la fève ?
* Quels sont les prénoms de vos grands-pères et grands-mères ?
* Buvez-vous de l'eau du robinet ou de l'eau en bouteille ?

 Et alors, je nomme Sissi, Milky, Marie, Catherine, Mariaba, Flora, Madame Tatoum, Bliss Cocotte, Charlotte au choco, Tante Betsy, et Monsieur Météo pour continuer !

Posté par couac couac à 20:24 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
jeudi 17 février 2011

un air...

J'ai décidé de jouer au petit jeu de madame Ne poussez pas, que je trouve marrant.
Il s'agit de mettre sur son blog une photo d'une personne connue à qui on vous dit que vous ressemblez.
Et donc, ces dernières années, on m'a plusieurs fois dit que je ressemblais à Daphné Burki. Tout est dans la machoire, le menton et la bouche, que nous avons un peu en commun peut-être, effectivement... et puis la frange aussi. Mais je n'ai pas les yeux verts et je n'ai pas le nez si fin... 

daphn_burki_14_9_2010

Daphne_Burki_8D016

daphne_burki

 

Posté par couac couac à 17:54 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
vendredi 11 février 2011

En mal d'inspiration bloguesque, j'ai décidé de répondre aux Milky-Branlous questionnaires. J'aime bien, les Milky-Branlous questionnaires...
Je commence par le premier, qui date de 2004, à l'époque, je ne savais même pas ce que c'était qu'un blog, j'avais 19 ans et j'obtenais mon deug d'arts-plastiques. Je mangeais beaucoup de kebabs (kebabs-galettes, parce que j'étais en Bretagne), d'omelettes aux champignons de Paris en boîte, et de saucisses Herta avec de la purée. Je n'avais pas internet, et pas d'adresse mail non plus (enfin si, j'en avais une, mais qui était à l'abandon depuis deux ans au moins). Je buvais des Monaco parce que la bière, je trouvais ça pas bon. Je mangeais tous les mardis midi un énorme cookie de la boulangerie en haut à gauche de la rue de la soif dont je ne me souviens même plus du véritable nom. Je portais dix couches de tee-shirts superposés, un gros chignon sur la tête, et dans le métro, jamais je ne m'asseyais, je préferais être debout. Bref bref bref, le Milky-Branlou questionnaire !!!

1. Vous avez l’obligation de participer à une émission de télé-réalité, et on vous laisse choisir laquelle. Laquelle ? Pourquoi ?

L'émission où il y a des gens qui viennent dîner chez vous et après, vous allez chez eux dans la même semaine pour dîner aussi, ça s'appelle comment ? C'est de la télé-réalité ? Si oui, je choisirais ça parce que manger, c'est agréable, et puis c'est marrant de rencontrer des gens comme ça et d'aller chez eux, et puis bon, ce n'est pas trop engageant comme émission, dans le genre, je trouve. Et aussi parce que ce serait l'occasion idéale pour faire une pièce montée ! 

2. Quel épisode -véridique- un tant soit peu glorieux, ou extraordinaire, ou insolite de votre vie racontez-vous à un auditoire que vous souhaitez impressionner (ou, plus modestement, divertir quelques minutes) ?

Je raconte que quand j'étais petite, je faisais la débile dans ma chambre alors que j'étais censée ranger. Par terre trainait le sac de couchage de mes poupées, la tirette de la fermeture éclaire à la verticale. J'ai marché dessus et me la suis profondément enfoncé dans la plante du pied et ça a vachement saigné. 

3. Dans quel film avez-vous vu la maison/ l’appart de vos rêves ? (Soyez précis, par exemple “chez Amélie Poulain, pour le carrelage de la salle de bains et la lampe de chevet-cochon”)

C'est super dur comme question ! En fait, je ne vois pas du tout. Je ne fantasme pas sur les apparts ou maisons des films. Sur les lieux où ils sont situés, oui par contre. Il faut que j'y réfléchisse !

4. Citez quelque chose de rond ou d’ovale que vous aimez bien.

Les tuiles goût salé, hé hé. Ou les pommes noisettes !

5. Citez quelque chose de carré ou de rectangulaire que vous aimez bien.

Un carré de chocolat.

6. Quel est l’objet le plus précieux (sentimentalement et/ou financièrement) qui se trouve chez vous ?

Sentimentalement, c'est trop dur, alors disons que financièrement, le truc le plus précieux chez nous, ça doit être l'ordinateur.

7. Racontez une anecdote de votre enfance, tellement insignifiante à première vue qu’on pourrait se demander pourquoi vous vous en souvenez.

Un jour, quand j'avais 3 ou 4 ans, on habitait encore à Chanteloup les Vignes, on jouait dans le jardin et ma soeur est rentrée dans la maison faire pipi. Et j'ai entendu la chasse d'eau depuis le jardin.

8. Si on devait vous cuisiner pour des anthropophages, quelle est la cuisson qui vous siérait le mieux, et avec quels ingrédients vous accommoderait-on ?

Il faudrait me cuire de façon à ce que je reste tendre mais pas saignante non plus. Avec des petites patates cuites dans le jus, au four, avec moi. Un peu de sel, du persil, peut-être des tomates à la provençale, mais rien d'incroyable parce que je suis nourrie de plein de bonnes choses donc à mon avis, sans vouloir me vanter, ma chair serait naturellement parfumée !

9. Conservez-vous vos places de cinéma ? Si oui, de quelle manière les collectez-vous ?

Toutes, depuis 1994, parce que ma grande soeur le faisait et que j'avais envie de tout faire comme ma grande soeur. La plus vieille, c'est The Mask. Je les mets en pile dans une boite rose, la place la plus récente sur le dessus. 

 

Posté par couac couac à 22:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
samedi 7 février 2009

cinq choses que j'aime

Flora m'a proposé un tag ! Il faut dire cinq choses quotidiennes qu'on aime, ou bien cinq choses qu'on a toujours aimé et qu'on aimera sûrement toujours, si on veut faire comme Flora.
Je choisis les amours pour toujours.

*J'aime les parfums de mes institutrices de primaire : je les reconnais parmi mille. Quand je croise une femme qui porte l'un d'eux, ça me fait vraiment quelque chose. Ca fait gonfler un petit morceau de nostalgie au fond de moi.

*J'aime tout ce qui m'endort doucement à n'importe-quelle heure du jour ou de la nuit: regarder quelqu'un tourner les pages/pochettes transparentes d'un classeur ; quand on me touche très précautionneusement (pour mettre des épingles sur un vêtement que j'essaie, ou bien lorsque pour attirer mon attention on me tapote une épaule d'un doigt, ou bien si on me remet les cheveux derrière l'oreille) ; regarder mes collègues tapoter sur le clavier de leur ordinateur, lorsque je travaille l'été ; un enfant en train d'apprendre à marcher et qui s'agrippe à mon pantalon ; quelqu'un qui pianote des ongles sur une table ; regarder et écouter quelqu'un découper quoi que ce soit aux ciseaux, en s'appliquant; m'épiler les jambes à la pince à épiler, etc : attention, je m'endors illico !

*Entendre Céline Dion au supermarché, ça fait vacances.

*Tapoter la purée du dos d'une cuillère. Ca fait "sploch spolch", il y a une petite résistance parce que la purée fait ventouse sur la cuillère, c'est très agréable.

*Embrasser les crêpes au sucre qui viennent d'être faites : c'est doux, chaud, humide et moelleux. Essayez, vous verrez. Mais je vous l'avais déjà dit ça, non ?

Si Sissi, Mariaba et Charlotte veulent répondre au tag...

Posté par couac couac à 15:36 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

mercredi 4 février 2009

table de nuit et livre de chevet

CIMG2161 CIMG2166

Voilà Lisa !
Depuis que nous dormons avec la tête au pied du lit, Couacman et moi faisons table de nuit commune, ce qui n'a rien de gênant puisqu'en fait, nous avons tout les deux tendance à poser tout ce qui pourrait être posé dessus juste à côté. Là, j'ai rangé hier soir, c'est pour ça que c'est ordonné.
Et en ce moment, je lis Livres d'enfants d'hier et d'aujourd'hui, que j'ai eu pour mon anniversaire et que j'aime beaucoup lire. Couacman, lui, se plonge tous les soirs, avant de dormir, dans ses livres de cuisine...

Posté par couac couac à 13:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
mardi 3 février 2009

une photo qui pensait ne jamais voir arriver son heure de gloire

Sissi me propose de vous montrer la sixième photo de mon sixième dossier d'archive d'images... Attention, c'est une photo qui déménage ! Tadaaaaaam !

CIMG5654

"Mais qu'est-ce ?" vous demandez-vous. Alors voilà : c'est un orteil de monstre. Ca rigole moins tout de suite, hein ? C'est Couacman qui l'a fait pour les amis chevelus. Il mesure bien trente centimètres de long et là, il est flou donc vous ne pouvez pas trop vous rendre compte mais des poils sont gravés dessus, et les petites ridules des articulations aussi, et tout et tout.
On a frisé l'incident diplomatique tout à l'heure, parce que j'ai dit à Couacman que je n'étais pas trop sûre d'avoir envie de mettre cette photo sur mon blog. Et il s'est écrié que cet orteil avait été modelé à partir d'un des siens et que donc il n'était pas si moche. Mais bon, moi, ce n'est pas tant l'orteil que je trouve moche, que ma photo floue et mal cadrée.
Et pour l'anecdote : je me souviens que pour modeler avec encore plus de réalisme, Couacman s'était véritablement coupé l'ongle d'un orteil en pointu...

Maintenant, j'aimerais voir la sixième photo du sixième dossier (ou la quatrième du quatrième) de Ktl, Zelapin, et Lisa (si vous le voulez bien !).

Posté par couac couac à 22:05 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
lundi 10 novembre 2008

Hier, les parents de Couacman, de passage chez nous, lui disaient que sa coiffure faisait "mauvais genre" (parce que ses cheveux mesurent plus de 2,12 cm de long). Nous la défendions corps et âmes (oui, carrément), quand la maman de Couacman s'est tournée vers moi et m'a demandé "Et votre père, ça ne le gêne pas ? Il en pense quoi ?". Ce n'est pas tous les jours qu'on me demande l'avis de mon père quant à la coiffure de mon copain ! Alors, Couacdad, un avis ? ;-)

Posté par couac couac à 19:21 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
lundi 29 septembre 2008

Le MBQ de la rentrée, en retard...

1. Le jour où il vous est arrivé un truc qui n'arrive prétendument que dans les films ?

A Rennes, j'ai souri à un garçon dans le métro. Un mois plus tard, je l'ai recroisé dans la rue et il m'a fait une déclaration d'amour, en tremblant.

2. L'habitude que vous avez prise d'un ami ?

Parfois, je dis "Ah bah d'accord !"
, sur le même ton que le disait ma copine Pauline au CE2.

3. Connaissez-vous un poème par cœur ? Lequel ?

Non, je ne connais plus de poème par coeur. Je les ai tous oubliés. Et je ne suis même pas sûre de connaître une chanson par coeur. Ah, si, peut-être "Où vas-tu Mathilda, où vas-tu ce soir, le long du canal, de ton pas animal ?...", de Jeanne Moreau.

4. Si vous étiez cinéaste, de quel livre aimeriez-vous réaliser l'adaptation ? Avec quels acteurs pour les rôles principaux ?

Alors là honnêtement, je ne vois pas du tout. Je ne suis pas très attachée aux films adaptés de livres. En général, ça ne ressemble pas du tout à ce que j'avais imaginé et ça m'empêche de repenser au livre avec plaisir. Non, si j'étais cinéaste, je préfererais faire un film qui raconte la journée de plein de gens. Il y aurait un personnage qui passerait dans une rue, on le suivrait jusqu'à ce qu'il croise un autre personnage qu'on suivrait alors. En fait, ça ne raconterait rien. Je crois que ce serait nul. Heureusement que je ne suis pas cinéaste.

5. L'objet le plus inutile qui se trouve chez vous ?

Un après-shampoing vieux comme le monde, la bouteille est à moitié moisie, et on ne se sert jamais d'après-shampoing.

6. La lecture des blogs vous a-t-elle fait changer des choses dans votre vie ? (à part le temps dégagé pour cette lecture, évidemment)

Entre autres choses, ma façon de laver mon linge ! :-)

7. Que ferez-vous cette année que vous ne faisiez pas l'année dernière ?

Deux footings par semaine, et m'organiser le mieux possible, et être détendue, aussi.

8. La dernière célébrité que vous avez croisée ?

Arno en train de prendre un verre en terrasse près de la place Sainte-Catherine, il y a deux ou trois semaines.

9. Vous n'êtes pas fou, mais...

..
. parfois j'aimerais l'être juste quelques instants, pour être assise en pyjama sur un banc ensoleillé dans un jardin d'asile, plutôt que de me les peler (les pieds) à l'école.

Les MBQ sont conçus et écrits par Milky.

Posté par couac couac à 20:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Choisir un livre et l'ouvrir à la page 123 ; puis recopier cinq lignes à partir de la cinquième ligne. Indiquer titre, auteur, éditeur, année d'édition... et passer la main à 4 autres personnes.

C'est Gina Paillette qui me demande de répondre à cette chaîne littéraire, alors j'ai choisi un livre doré pour marquer le coup (c'est aussi parce que c'est celui qui traine dans le bureau, certes). Il s'agit d'un livre d'Henri-Pierre Jeudy, nommé Un sociologue à la dérive, chronique d'un village, paru aux éditions Sens & Tonka (collection 11/Vingt) en 2006.

"La fête ça marquait, on faisait des repas, des mariages dans la petite grange... A l'école, quand on était plus jeune on aimait bien parce qu'on jouait. Mais maman nous laissait jamais sortir avant, il y avait toujours quelque chose à"...

Je passe la main à Ne poussez pas, Pomme, Flora Douville et La supérette enchantée (si vous passez par là et que le coeur vous en dit, bien sûr !).

Bonne journée et bonne semaine !

Posté par couac couac à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]