DSC08558

Aujourd'hui, j'ai cousu cette petite chemise pas repassée ! J'ai pensé à ça avant de me lever, dans mon lit. Y a-t-il meilleure motivation pour se lever qu'avoir un projet précis en tête pour la journée ? Je savais que j'avais ce bout de drap SNCF acheté chez emmaüs on ne sait même plus quand (en 2005 si ça se trouve). Il était assez grand pour y tailler une chemise pour enfant, et super doux et léger, ça m'a fait fantasmer pour cet été... J'ai fait une encolure super large pour pouvoir l'enfiler facilement, et pour avoir moins chaud. Joachim a rigolé quand je lui ai dit que je projetais de lui faire une chemise dans ce tissu, j'étais contente parce que je pensais qu'il allait refuser d'avoir un vêtement aussi blanc (alors que moi j'étais super motiv', donc). Je lui ai proposé de choisir un tissu coloré pour en mettre par petites touches et il a choisi cet atroce tissu entièrement en polyester, qu'il adore (et moi aussi en fait), des petites fleurs roses et vertes sur fond jaune. C'est une sorte de polo épouvantable que j'ai aussi acheté chez emmaüs un jour, parce que le motif et les couleurs étaient trop chouettes, et que je découpe depuis, pour décorer par-ci par-là.
Bref, j'ai loupé toutes les bordures jaunes, les finitions sont honteuses, mais ça lui va quand même comme un gant et je suis quand même fière de moi ;-) Après avoir loupé la bordure de l'encolure, j'ai cru que j'avais appris des choses et que j'allais moins louper la bordure des manches, c'est un peu mieux mais mazette pas génial quand même... En revanche, j'ai eu un coup de génie pour les dessous de bras : pour que mes arrondis soient beaux et réguliers, couper de petites encoches dans le tissu à ces endroits-là... Nickel ! Donc j'ai quand même un peu progressé.

A part ça, j'ai découvert que le temps passant, je commençais à apprécier de laver les légumes feuillus. Dans notre panier d'amap d'hier soir, on a eu des navets et des radis avec leurs fanes, et une grosse salade. J'ai lavé tout ça ce soir, finalement ce n'est pas si mal d'avoir les mains dans l'eau froide, de voir toutes ces petites poussières tourbillonner, et de sauver les limaces de la noyade. On les met dans le compost (on a repris le compost). En revanche, j'ai tué le puceron, et après j'ai un peu culpabilisé.

Le début de levain, de son côté, sent fort mauvais et fait plein de bulles. C'est bon signe.

Comment on va faire pour reprendre la vie là où on l'avait laissée ?