dimanche 18 décembre 2016

l'affaire sapin

Cette journée a commencé duringue-duringue, le problème c'est qu'elle a continué duringue-duringue. On a pourtant misé sur des trucs qui énergisent, genre musique, cuisine, rangement, mais ça ne voulait pas aller bien. Ca a duré comme ça jusqu'à 16h30 je crois, on ramait, on était au bord de se fâcher, l'horreur.
Et puis finalement, j'ai enfin enfourné ce gratin dauphinois de topinambours que j'ai mis des plombes à faire (légume complètement biscornu, plus assez de beurre dans le frigo (courses à l'épicerie du coin (qui vient d'ouvrir (ouf))), et surtout, J & J se sont mis au sapin. Il s'agissait de le peindre, c'était la mission de la journée, ils s'y sont enfin mis et toute la tension est retombée. Je retiens : quand ça va pas, il faut s'y mettre. Bon, on le savait déjà mais j'avais envie de faire semblant d'avoir une révélation.

Le sapin.

sapin couac
Il y a dix jours, on a dessiné le sapin, on était déjà hyper contents.

sapin couac
Petit J. aussi voulait dessiner et c'était un moment parfait que je n'oublierai jamais.

sapin couac
Après, J. le Grand l'a découpé, et la première fois qu'on l'a monté, on était surexcités et de plus en plus contents.

sapin couac
Ca, c'était le fameux aujourd'hui, le moment de baisse de tension, et même d'arrivée de bonne humeur, carrément.

sapin couac
Ca, c'est ce soir, J. heureux avec son morceau de sapin et son pinceau. Une impression de forêt.

Petit J., sera-t-il entièrement convaincu ou continuera-t-il de dire qu'il est très content, mais qu'il voudrait aussi un vrai sapin coupé dans la forêt ? La suite au prochain épisode...

Posté par couac couac à 21:51 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

jeudi 8 décembre 2016

En ce moment, j'écoute à peu près trois fois par jour le Boléro de Ravel. C'est mon fils : j'ai senti qu'il aimait bien les chansons qui filent des frissons, alors je le lui ai fait écouter et depuis il veut l'entendre, le ré-entendre, et encore. Comme je n'y connaîs strictement pouic à la musique classique, je lui ai mis le premier enregistrement en concert filmé trouvé sur Youtube. Comme je n'y connais rien en musique classique, je m'y connais encore moins en chef d'orchestre, je n'avais jamais entendu le nom de celui-ci avant, mais il m'a fait un effet boeuf. Il a l'air tellement joyeux, on dirait qu'il joue, qu'il a six ans et qu'il est dans un jardin. Il est d'un mignon... Et à dire vrai, quand pendant que je débarassais la table du p'tit dej', hier matin, Joachim a appuyé sur le son du volume pour le monter au max, et bien j'étais dans le même état de transe que le chef d'orchestre, et j'ai mis les couverts sales dans l'évier en dansant. Cette musique, ça fait penser "bon, les hommes sont capables du pire, mais aussi du tellement bien", parce qu'il fallait l'inventer, et après il faut réussir à la jouer tous ensemble. Ca me rend carrément heureuse.
A la fin du morceau, on voit les fossettes du chef d'orchestre se dessiner, il a l'air tellement ému, et je ne comprends pas comment les musiciens derrière restent aussi stoïques, je suis frustrée qu'ils ne  se jettent pas tous dans les bras les uns des autres en riant et en pleurant, vu ce qui vient de se passer.

Posté par couac couac à 20:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 4 décembre 2016

IMG_4204

Encore un de ces jours où le p'tit dej' ensoleillé nous explique qu'on doit sortir marcher sans prendre le temps de se laver. Bon, ok pour les dents.
On marche deux heures trente, on a carrément froid sauf quand on se prend le soleil dans la figure, on croise des gens de très bonne humeur avec qui discuter, on s'arrête sur un banc pour manger trois madeleines au chocolat.
En rentrant, on a bien mérité cette assiette de pâtes au parmesan. On est bien, au chaud à la maison, en plus le soleil continue de taper, sur la table.
Après, c'est l'heure de la sieste, sauf pour J. qui révise Django Reinhardt assis sur le marchepied de la cuisine, et pour moi qui tente cette recette de gâteau au chocolat qu'on n'avait pas encore faite. On en profite pour discuter, rigoler, et s'embrasser, et on se dit "merde, demain c'est lundi, on va pas se voir beaucoup".
Après, la sieste se termine, on remet un petit cd, on lance le rôti de porc aux pommes, et je me mets à jouer aux Playmobils sur le sol tout bien rangé de ma chambre, sous la lumière bien chaude de ma lampe de bureau. L'idée, c'est que Mme Playmobil veut aller faire pipi (ça urge) mais quand elle soulève la lunette, il y a un plot dedans, du coup elle s'écrie "oh non, zut, un plot, et moi qui voulais absolument faire pipi tout de suite !". Grand succès.
Et puis ce soir, on a bien ri en écoutant Petit J. s'endormir en chantant à tue-tête "joyeux anniversaire".
C'est bien chouette.

Posté par couac couac à 22:06 - - Commentaires [9] - Permalien [#]