lundi 1 août 2016

Comme on n'a plus trop de sous, on a décidé de cesser d'aller à la Biocoop pour acheter des fruits (délicieux 99% du temps mais qui coûtent la peau des fesses). Sauf qu'on a pris goût à manger des fruits qui ont du goût, donc on ne peut pas en acheter au supermarché, où ils sont toujours durs comme du bois. Du coup, on s'est dit que maintenant, on allait aller au marché. Ce matin, sous ma douche, je pensais à ça (au marché). Et je me disais : quelle arnaque ! Moi je croyais que l'intérêt du marché, c'était d'acheter directement les fruits et légumes au producteur. Mais non, là, ce sont d'autres gens que les producteurs qui vendent les fruits et légumes, et ils les ont eux-mêmes rachetés à un marché de gros à Lyon. Ca fait deux intermédiaires, alors ça, ça me laisse pantoise ! Et du coup, je me demande comment les prix peuvent autant défier toute concurrence, alors qu'il faut payer au moins trois personnes. Je suis très déçue...

Samedi soir, on était presque fins prêts pour partir manger ce barbecue chez nos copains d'A., le tian finissait sa cuisson lente, et c'est là que le Petit J., toujours plein d'allant et d'enthousiasme, a foncé dans le mur et s'est mis à hurler en pissant le sang du nez, nez qui s'est immédiatement mis à enfler de manière spectaculaire. Bref, j'appelle nos copains, je leur annonce le changement de programme, ils me proposent de nous emmener aux urgences, on leur dit qu'on a un bus pour y aller dans trente minutes et que ça va le faire. Sauf que non, le Petit continue d'hurler, on se dit "ça craint d'attendre chez nous alors qu'on va devoir attendre encore aux urgences après", alors on rappelle nos copains qui viennent nous chercher fissa et nous déposent aux urgences.
Enorme coup de bol, il n'y a personne aux urgences (jamais vu ça !), on passe directement, limite ils s'ennuyaient en nous attendant. Le nez est cassé mais il n'y a rien à faire car il a encore de l'os de bébé tout mou. On téléphone au 3237 pour savoir où est la pharmacie de garde, elle est à 15 km d'A.. Ah. Bon, et une autre, alors ? Oui oui, à 22 km. AH.

On rappelle nos copains d'A. qui nous emmènent à 15 km à la pharmacie de S-R-E-B (c'est le nom de la ville). Je les laisse dans la voiture et je vais seule à la pharmacie. Il n'y a personne dans les rues, il est 20h30 et il y a un orage qui se prépare, il fait tout noir alors que ce n'est pas encore la nuit. Une ambiance de fin du monde. Le pharmacien n'a allumé que quelques petites lumières et ça, ça me plaît. Il est lent comme un pharmacien, ce qui est rassurant. Il y a  d'autres personnes devant moi. J'écoute tout ce qui se dit.
Le premier monsieur a un bébé de quatre jours qui n'arrive pas à téter, alors il vient acheter des biberons et du lait en poudre. PAF. Le pauvre, la big loose. J'hésite à l'arrêter dans l'allée quand il repart, pour parler de tout ça avec lui parce que ça me parle ces histoires de bébé qui se laissent mourir de faim, mais j'ose pas à cause du secret professionnel.
La dame devant moi achète un antibiotique pour lutter contre son infection urinaire. Alors là, je vous arrête tout de suite : il y a une méthode à tester, d'abord, avant de se lancer limite automatiquement dans l'antibiotique, une méthode testée et approuvée par moi-même, proposée par J. l'adulte la dernière fois que j'ai eu ce problème. La voilà : d'abord, choisir un super bouquin dans l'étagère, voire plusieurs, puis s'asseoir sur les cabinets. Si possible avoir un/une aide, qui vous donne un mug rempli d'eau chaude bourrée de citron jusqu'à la moëlle. Boire. Une fois qu'on a fini, on redonne immédiatement le mug à l'aide qui re-prépare la même chose, et ainsi de suite jusqu'à disparition des symptômes (environ deux heures). Nickel !

A part ça, je ne sais pas si vous connaissez Joël Dicker mais sinon, vous êtes un sacré veinard... Je viens de lire La vérité sur l'affaire Harry Québert et Le livre des Baltimore, mazette ! Genre les bouquins de 500 pages impossibles à lâcher avce ambiance de folie, mystères terribles et personnages attachants... Parfait pour une infection urinaire !

Il fait toujours aussi beau et chaud mais je trouve que la lumière a changé, et mes cheveux ont recommencé à tomber, je pense donc que c'est le petit déclin avant l'automne.

Posté par couac couac à 23:34 - - Commentaires [9] - Permalien [#]