dimanche 14 février 2016

Week-end de bonheur.

Je n'étais pas venue depuis ma grossesse mais j'y avais beaucoup pensé, à cette maison en bois et couleurs, à ses habitants pleins d'humour, au chat qui contrebalance, à la verdure par la fenêtre, à la rivière qui coule au fond, aux travaux faits qu'on n'avait pas encore vus.
On part de nuit, pourtant il n'est pas si tard, on a dîné à 18h00 pour que Joachim puisse s'endormir pour la nuit. On l'attache dans son siège, je m'installe à l'avant, J. au volant, il fait nuit noire sur le parking mais nous, on a les petites lumières du tableau de bord qui nous éclairent chaleureusement. On démarre et c'est le moment trop bon où on sait qu'on va rouler longuement, qu'on va écouter de la musique (Nostalgie, pour avoir de la vraie musique de voiture ("femmes je vous aime", j'ai un peu pleuré)), qu'on va être sur l'autoroute, soit LE lieu hors du temps hors de l'espace, surtout de nuit. Loin de tous les problèmes du monde. On sait qu'on va discuter, rigoler, penser, et EN PLUS, au bout, on arrive chez eux, où on sait qu'on va être bien accueillis, qu'on va dormir sur un super oreiller, qu'on va rire, qu'on va voir Petit J. évoluer au milieu des autres qu'il ne connaît pas encore très bien.
Et quand on arrive, une flambée flambe dans le poêle, alors qu'il pleut à verse dehors !

Posté par couac couac à 22:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]