Aujourd'hui c'est deux en un. C'est le moment où je suis debout à mon bureau et où je réussis super bien mon dessin, et où je trouve quoi dessiner là où des blancs subsistaient dans ma tête, associé à l'émission de radio. La dame dit que souvent, on ne se lance pas parce qu'on est cervellement convaincu qu'on fera les choses le lendemain, ou bien parce qu'on se dit que quitte à changer des choses il faudrait tout changer donc autant ne pas commencer. Et là, elle dit quelque chose comme"alors ce qu'il faut..." (elle réfléchit et moi je fais de la télépathie avec la présentatrice "ne la coupe pas ne la coupe pas !" et elle ne la coupe pas), alors cette dame ajoute "Ce qu'il faut, c'est appréhender de l'inédit, que le réel propose constamment finalement". Et là j'ai mon ordonnance et mon bonheur du jour.