samedi 5 septembre 2015

Vendredi matin, un homme m'a vue à l'arrêt de tram Porte de Halle. Nous sommes montés dans le même wagon, nous nous sommes levés pour laisser s'asseoir des petites vieilles, nous nous sommes rassis, à côté l'un de l'autre à un moment, nous avons regardé l'heure, le même décor par la fenêtre. Et puis trente minutes plus tard, nous sommes descendus au même arrêt. Et cet homme, alors qu'il serrait ses cousines dans ses bras parce qu'il était là, à l'enterrement de son oncle, m'a lancé un regard étonné - j'étais une voisine de siège de Porte de Halle, une inconnue dans le tram, et tout à coup, j'étais là, à l'enterrement de son oncle. Il m'a fait un clin d'oeil. A la fin de la cérémonie, j'ai serré la main de sa tante, de ses cousines, de son cousin, de son autre oncle, j'ai embrassée mon amie, et puis je lui ai serré la main avec un air de dire "bon courage, de tout coeur avec vous". Alors qu'au départ c'était juste un type à la station Porte de Halle, qui laissait tomber tous ses papiers par terre, puis qui s'asseyait à côté de moi. Un type qui tenait des papiers dans ses mains, et comme je m'ennuyais, j'avais jeté un coup d'oeil discret pour voir ce que c'était que ces papiers, et j'avais lu "et si on vivait ensemble ?" et comme je le sentais nerveux, je pensais qu'il s'apprêtait à déclarer son amour. Et puis quand, à un moment, dans le tram, nous nous sommes retrouvés assis l'un à côté de l'autre, j'ai re-regardé le papier, y ai vu quelque chose qui ressemblait à un discours, et comme il montait et baissait son papier comme si il l'apprenait par coeur et se le récitait, je me suis dit que oui, c'était un discours. Et quand il a téléphoné pour dire qu'il était en retard parce que le tram était en retard, je me suis dit qu'on allait au même endroit, et quand il est descendu du tram en courant, je ne savais pas où était le crématorium mais je l'ai suivi sans réfléchir, sûre qu'il m'y mènerait.

Posté par couac couac à 23:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]