lundi 11 août 2014

IMG_4354


Le rythme se fait moins cahotique, plus harmonieux. Les matins avec Papa, les aprem' avec Maman, et le week-end, tout perturbé d'être dans mes bras après 9h30. Des fois, alors, il réclame son père et alors j'ai à la fois du temps libre et les bras libres. Ce qui fait que je songe à retourner à la piscine mais je ne suis pas sûre parce que j'ai tellement de trucs à faire et j'ai très envie d'avancer.

Petit J. parle, il n'arrête pas même, une vraie pipelette. Normalement, il devrait parler français mais pour l'instant ça ressemble plus à du polonais, par exemple il dit "tadek !" ou "cot-ta" ou "dégrop' dégrop' dégrop'-da". Des fois, il fait des phrases et ce qui est absolument adorable, c'est qu'il y met le ton, même si il en invente chaque mot.

Il galope à quatre pattes et s'est trouvé plusieurs passions : les bouteilles de bière vides qui attendent d'être jetées par terre dans un coin de la cuisine, les prises de courant et fils éléctriques de lampes, baver par terre et faire des dessins en trempant son doigt dans ces petites bulles de salive.

J'aime beaucoup me balader avec lui et lui aussi aime bien se balader, visiblement. Il faut trouver un but, même juste aller s'asseoir pour goûter/pique-niquer sur une pelouse du parc, à l'ombre des platanes, et regarder les gens (et les chiens et les pigeons et les canards) passer. Veiller à ce qu'il ne mange pas trop d'herbe parce qu'elle n'est pas nickel-nickel. Des fois on fait des trucs administratifs ou des courses mais c'est moins la fête, sauf aujourd'hui où il s'est endormi au marché, et réveillé alors que je buvais un truc en bonne compagnie rencontrée par hasard. Il aime bien rencontrer des gens.

J'ai dit à mon patron et à mes collègues que j'allais chercher du travail ailleurs, c'était le premier pas. J'ai écrit ma lettre de motivation, je n'ai pas encore revu mon cv. J'ai avancé vers mon nouveau but créatif, on m'a dit "non" mais ce n'était pas grave, j'ai envoyé autre chose et envoyé le refusé ailleurs. Finalement, moi qui paniquais de ne plus avoir le temps de rien en étant devenue mère, et bien j'ai cessé de jouer au démineur et j'ai multiplié mon temps investi dans la vie qui bouge, sans m'en rendre compte, par peur de ne plus rien faire pour de bon, je crois.

Et puis il y a le baby-blues, enfin, le truc qui me collait aux bask' depuis mon accouchement et me fichait le bourdon un peu trop souvent, qui a consenti à se faire la malle. Ca ne veut pas dire que j'étais triste d'avoir eu un bébé, que j'étais déçue par mon fils, que j'étais triste tout le temps, ni même que je regrettais (mais pas du tout !), mais c'était là. C'était la nostalgie de choses possibles avant et devenues impossibles, le stress face au temps qui passe dix fois plus vite une fois qu'on a un bébé dans les bras, la fatigue sûrement, la difficulté à laisser de côté le sentiment extraordinaire que j'ai ressenti en acouchant pour revenir à la vie normale (même si accompagnée d'un super bébé tout neuf, mais normale quand même - c'est-à-dire réussir à se motiver pour lancer une machine ou nettoyer le lavabo alors qu'on a vécu un truc fou comme un accouchement pas si longtemps que ça avant). C'est fini. Aujourd'hui, ça va, ça allait aussi mais pas constamment, et moi qui suis une bonne lunatique, la maternité a rendu mes hauts plus hauts et mes bas plus bas !...

J'ai encore les larmes aux yeux quand je passe devant la maternité, mais sinon ça va. Ah, si ! J'ai aussi les larmes qui montent au boulot quand je vois des gens avec un petit bébé. Mais bon, à part ça, ça va.

Mon bébé rigole tout le temps, tout seul même, il aime tirer les cheveux, toucher les dents des gens, les miettes qui trainent, les moutons de poussière, le bolduc, le papier, lire des livres, les chats, manger, se caresser l'arrière de la tête du plat de la main, les trucs qui couinent, l'appareil-photo (il pleure parce qu'il n'a pas le droit de le mettre dans sa bouche), mon pull vert (il a finalement choisi comme doudou le pull que je me suis offert chez American Vintage (je précise la marque parce que je trouve ça luxe pour un doudou) après ma grossesse extra-utérine - j'avais besoin d'un doudou, c'est devenu le sien. Le hic, c'est que c'est un pull en angora et croyez-moi, serrer dans ses bras un pull en angora toute la nuit en plein mois d'août fait transpirer, et les poils du pull angora collent à la transpiration, bref on retrouve notre bébé tout recouvert de poils verts tous les matins). Il est ultra sympathique et charmant. C'est un super lardon.

 

Posté par couac couac à 22:03 - - Commentaires [14] - Permalien [#]