jeudi 24 janvier 2013

visite guidée

Aujourd'hui, j'ai fait une visite guidée de l'exposition COLORAMA à une classe de maternelle. Je dois dire que je redoutais un peu ce moment (je redoute beaucoup de choses en ce moment), je ne suis pas habituée à parler en public et encore moins à de très jeunes enfants.

Finalement, en arrivant, je leur ai proposé de poser leurs manteaux sur une table à l'entrée, puis il s'est produit un truc hallucinant : ils se sont mis naturellement en rangs deux par deux devant moi sans que personne ne leur donne aucune instruction. Et les deux qui étaient sur le devant de la file me suivaient au millimètre près quand je me déplaçais (notons tout de même que ce rangement s'est dissipé assez rapidement, après c'était plutôt ambiancé essaim).

La petite fille de devant me regardait par en-dessous, puis elle a dit très très bas, ce qui fait que j'ai dû me pencher et lui faire répéter : "pourquoi t'as une fleur ?" (c'était ma broche). Ensuite, j'ai commencé la visite, une petite fille a levé la main pour poser une question, je lui donne donc la parole. Voilà ce qu'elle m'a dit "Et bien moi madame, et bien moi, et bien moi, je suis déjà venue ici parce que j'ai fait l'école du ciiiiirque !" (rien à voir avec le schmilblik donc, ça m'a rappelé moi quand j'étais petite et qu'il fallait que je case toutes mes destinations de vacances d'été dans le Gers pendant le cours sur le Moyen-Age).

Ensuite, je leur ai montré une maquette de livre, et ils ont tous voulu la caresser (???), et ils s'exclamaient "c'est doux, oh oui c'est doux !", "Madame, c'est très très doux". Une petite fille m'a demandé si sous son verre, l'original au mur était aussi doux que la maquette.
Elis, une autre exposante m'a rejointe, elle s'est présentée, puis a dit qu'à elle aussi on pouvait poser des questions, et là tous les enfants ont levé la main, alors elle dit à l'un d'eux "oui ?" et l'enfant a dit "moi c'est Yassiiiiin !!!" et les autres, toujours le bras levé, disaient "moi c'est Adaaaa !!!" "et moi c'est Nicolaaaas !!!" Ca criait dans tous les sens.

Ensuite, pendant que je parlais, une petite fille se rapprochait de plus en plus de moi l'air de rien, et tout à coup, elle m'a pris la main, et alors là le pompon, elle s'est mise à me caresser la main qu'elle tenait, pendant que je parlais.

Après, on a fait une activité dessin et un petit garçon n'osait pas dessiner, il me demandait la permission avant de rajouter chaque trait à son dessin.
A la fin, un petit gars voulait absolument me donner son dessin, il m'a dit que c'était parce que sa maman jetait tous ses dessins à la poubelle. Du coup je lui ai dit qu'il ne fallait surtout pas que ça l'empêche de dessiner.
A la fin, j'ai mis son écharpe à Lou et elle s'est laissée faire et ça m'a fait bizarre, je n'ai pas encore réalisé que pour les enfants, les adultes savent faire.

Trop sympas les gosses.

Posté par couac couac à 22:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

jeudi 17 janvier 2013

La neige c'est beau, enfin c'est ce qui se dit. La fois où on s'est levés à 5h00 du mat' pour prendre un car, il avait neigé bien 30 cm et on était les premiers à marcher dedans, on était trempés mais c'est vrai que c'était beau, moi aussi j'avais trouvé, c'était magique (ça aussi ça se dit à propos de la neige). En attendant, là, je ne vois pas en quoi c'est joli, c'est marron, liquide, gelé, par endroits on a l'impression de marcher dans du granité c'est immonde. En plus ça me force à mettre des chaussures épaisses et je ne sais plus comment m'habiller. J'essaie de mettre des vrais habits d'hiver, en laine, plusieurs épaisseurs, des chaussettes qui montent jusqu'aux genoux, des gilets épais, des pantalons taille haute, des tee-shirts à manches longues. Je mets un bonnet, une écharpe super longue, un manteau de grand-père très chaud. Et bien je n'ai pas froid du tout. C'est quand même l'horreur. Je voudrais être ultra poilue et pouvoir sortir nue, comme un renard. Ou pas.

Pour mes 28 ans, j'ai gagné des rides sous les yeux, même quand je ne souris pas, mais il faut dire que je suis vraiment très très fatiguée.

J'écoute cette chanson en boucle. Je l'ai découverte chez Delhaize, ils la passaient tout le temps et j'aimais bien, et puis je me suis mise à l'écouter sur Youtube il y a genre dix mois, je travaillais sur l'ordi et je l'écoutais, encore, encore, encore, encore, encore. J'arrêtais de travailler toutes les 4 min. 50 pour faire replay. C'était en mars, il faisait beau et chaud, la fenêtre du salon était ouverte, ce qui fait que ça m'évoque ça. Je trouve que cette chanson représente parfaitement les Etats-Unis, certes je n'y suis allée qu'une fois et c'était il y a 17 ans, mais c'était comme la chanson, vraiment. Ca me fait aussi penser aux platanes du square de Poissy quand on jouait dehors quand on était petites, ma soeur et moi. Il y avait des arbres et des buissons dans tous les sens, c'était vert de tous les côtés, et on était là, en sandales et robes, avec nos potes de square, c'était vachement bien. C'est positif d'écouter Lana Del Rey, vous voyez. Ca me fait le même effet que ça quand j'avais douze ans.

Je sais nager le crawl depuis mardi, c'est officiel. Je n'avais pas été à la piscine depuis avant Noël, à l'époque le crawl c'était pas gagné, et puis là, j'ai repensé à une discussion que j'ai eu avec le partenaire particulier d'une célèbre blogueuse à propos du fait d'apprendre en ne faisant rien d'autre que penser à ce qu'on doit apprendre, c'était exactement ça : je suis revenue à la piscine et il y avait des blocages qui avaient sauté. Du coup, je file à toute allure dans la piscine, et j'ai des courbatures dans le dos épouvantables. Bon, c'est loin d'être nickel mais je ne coule plus et je ne bois plus la tasse alors je crois que c'est presque dans la poche.

Je voudrais faire une transat', apprendre à skier, faire de la plongée sous-marine, et je crois que je vais vraiment le faire.

Mon collègue m'a filé les chaussettes que sa tante lui avait offert à Noël.

J'aime tellement le cocktail Harvard Cooler que j'ai fini la bouteille de Calvados. Le problème c'est que dedans il n'y a pas de cerise au marasquin et que j'adore les cerises au marasquin.

J'ai le cheveu mou, la cerne élancée et le bout du doigt craquant.

Au boulot, j'ai récupéré un bouquin dans la poubelle mais une fois rentrée à la maison, j'ai trouvé dedans un cafard, mort certes, mais quand même.

Dans deux mois il fera beau et chaud.

Je voudrais visiter la Turquie, la Bolivie, le Pérou, le Portugal, et surtout j'ai envie de retourner en Espagne et en Italie avec J., partager avec lui les odeurs et les lumières revitalisantes, dynamisantes voire dynamitantes.

Si je savais faire la roue, j'aurais envie de la faire tiens.

Posté par couac couac à 22:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
mardi 1 janvier 2013

2012 vue de 2013

Alors 2012, bof bof hein. Enfin, au début et à la toute fin parce qu'au milieu (un milieu décalé sur la presque fin) c'était à frissonner de plaisir.

CIMG3709

Janvier, le déménagement/emménagement, la légèreté quand tout était dans les cartons et qu'on vivait avec rien, le désir né de ce constat de trier, donner, jeter. Le concert de Michel Legrand, une grande fatigue, l'examen réussi de néerlandais.

CIMG3866

Février, le bordel du désencartonnage, la neige, les chaussettes crochetées par un Lobster, le projet d'entreprise de faire-parts qui se précise, les pieds du lit coupés pour le faire rentrer dans la sous-pente..

CIMG3939

Mars, le soleil, la chaleur même un peu, le lancement de Stork and the Postman et ma première commande, le coup de mou dû à l'absence de répondant des éditeurs rencontrés en décembre à Montreuil, un mini-golf, une journée à Mons.

CIMG6779

Avril et son enterrement de vie de jeune fille de ma copine Suédoise femme d'affaires, à Paris.
Concrètement pas grand chose d'autre, par contre, début d'un énorme coup de doute épouvantable quant aux choix que je faisais, pour ma vie.

CIMG6831

CIMG6910

CIMG7407

CIMG7410

Mai, la grande remise en question à son comble, le mariage de mon cousin dans le Nord, le mariage de mon amie à Stockholm, la semaine en Suède, la voiture louée à Göteborg, les grandes réflexions existentielles sur la route, les bonnes vacances malgré tout.

CIMG7477

CIMG7446

En juin, je me posais toujours des questions mais on était sur la pente descendante de la déprime. Nous sommes allées en Bretagne pour un mariage, nous en avons profité pour profiter. A Rennes, j'ai tout montré à J., même ce lavomatique où j'ai fait la première lessive de toute ma vie. C'était un petit clou de mon année. Je me suis sentie profondément bien. Le rythme s'est intensifié au job alimentaire, les gens commençaient à venir revendre et acheter des livres scolaires. J'ai commandé beaucoup de livres neufs, téléphoné à des éditeurs pour leur dire que je voulais 200 cahiers d'exercices du Nouvel Actimath 2 (par exemple). Les étudiants de l'été ont commencé à débarquer mais cette année, c'était bien et ils m'ont tous manqué quand ils sont partis mi-septembre.

CIMG7580

CIMG7588

CIMG7591

CIMG7639

CIMG7654

En juillet, nous sommes moult fois allés en Bourgogne pour aider pour des travaux, faire un déménagement, manger des saucisses grillées et des chips et ça, c'est synonyme de bonheur, du vrai, sans coulis de souci. En plus, le rythme était lent au boulot, les étudiantes qui m'aidaient super sympa (il y en a une qui venait de Mayenne, super exotique ! Elle me parlait beaucoup de rhubarbe et de tomates, du potager de ses parents, et ce sans que je ne lui aie rien demandé, mais ça me faisait du bien). Et j'ai souvenir de m'être marrée avec mes collègues comme pas permis, c'était n'importe-quoi - on se faisait des blagues, on se cachait derrière les portes pour se faire peur, ce genre de choses.

CIMG7726

CIMG7754

En août, nous avons transpiré. Il a fait une chaleur ! C'était délicieux ! Nous avons fait diverses randonnées dans le Brabant Wallon. Nous sommes retournés à Auxerre. Il y a eu une deuxième vague de vendeurs et acheteurs de livres scolaires au job alimentaire. C'était ma grosse saison, celle où je ne vois pas filer les matinées et où je rentre complètement claquée à la maison. J. a fabriqué une étagère bleue Bretagne pour ranger nos affaires dans la sous-pente où n'est pas notre lit, de l'autre côté de la chambre.

CIMG7798

En septembre, j'avais trouvé des réponses à mes questions et j'éprouvais une grande liberté. Il y a eu l'anniversaire de mon amie Chloé, la fin de la saison des livres scolaires, le début du temps plus frisquet. Il y a eu aussi le début des cours de natation, et je crois que nager a vraiment changé quelque chose à ma vie !

CIMG7891

CIMG7895

CIMG7905

CIMG7913

Tout début octobre, j'ai eu la certitude qu'il se passait quelque chose à l'intérieur de moi, au point d'aller tout de suite chez la docteur me faire prescrire un traitement moins agressif contre mon asthme. A la fin du mois, il y a eu un test négatif, et j'ai dit à J. "je suis sûre qu'il y a eu un problème avec ce test". Mais bon, il était négatif. Il y a eu un mariage belge aux danses bretonnes et aux belles rencontres, une journée aux Cap-Gris-Nez-Blanc-nez. J'ai pleuré pour un oui ou pour un non, j'ai été très très heureuse et j'ai aussi beaucoup ri.

CIMG7945

Le 3 novembre, les urgences (la gynéco qui me dit "vous êtes enceinte "puis, devant nos airs surpris "vous ne le saviez pas ?") et puis le reste.

CIMG8044

Décembre, pas mal de difficulés à me retrouver. Beaucoup de rendez-vous médicaux qui me mettent à chaque fois dans tous mes états.
Aussi, le travail réalisé pour le futur magazine Cuistax, le Noël chez les parents de J., le moral très bien ou très nul d'un instant à l'autre.
Montreuil, mon sentiment nouveau face aux éditeurs, très positif (un sentiment d'indépendance). Entendre mon patron de job alimentaire me dire qu'il est content que je sois dans l'équipe. Retrouver Milky. Aller voir le Cendrillon de Pommerat sur les conseils de Chloé, et adorer. Attendre 2013 avec impatience et me dire que cette année, il faut que tout explose et que se crée quelque chose de très beau.


Bonne année, et bonne santé !

Posté par couac couac à 15:37 - - Commentaires [28] - Permalien [#]