mardi 23 octobre 2012

Dans le bus qui m'emmène à la piscine, le 27 je crois, je pense à mon frère qui l'a pris aussi la fois où il était venu me chercher après mon cours, et j'essaie de regarder ce qu'il avait pû voir du paysage qui défile. Déjà, j'imagine qu'il s'y était assis à droite parce qu'après, il m'avait parlé d'un magasin de vaisselle qu'il avait repéré depuis le bus et qui est sur le trottoir de droite. Du coup, je m'assieds aussi à droite, et puis je me dis "ah oui mais zut, peut-être qu'il avait la tête tournée vers la gauche presque tout le trajet". Je me dis "Et ce jardin, est-ce-qu'il l'a vu ?". "Et la papeterie du parc Léopold, est-ce-qu'il l'a remarquée ?".

Quand j'étais petite, dans la voiture, j'imaginais qu'on allait chez moi adulte. Je me dédoublais. J'étais enfant dans la voiture et adulte dans une maison inconnue. J'imaginais que la moi-adulte avait filé un plan à la famille, qui disait "après le Champion, c'est la quatrième maison à gauche" et du coup, je comptais quatre maisons le coeur battant et j'essayais d'imaginer que dans la voiture, on pourrait ralentir et dire "c'est là !" en se redressant sur nos sièges et je découvrais la maison et souvent je la trouvais moche et je m'imaginais devant avec mari et enfants (au nombre de huit ou neuf, parce que j'aimais bien huit ou neuf prénoms (Martine, Colin, Caroline... je ne m'en souviens plus trop) et que je me disais que j'aurais besoin d'aide pour les taches ménagères). Et puis je recommençais "Dix maisons après le rond-point, sur la droite".

A la piscine, je peux maintenant nager la brasse coulée et le dos crawlé. Et le crawl sur le ventre ça commence à venir... Incroyable. Je sais nager. Je peux le dire ! Je sais nager.

Ce week-end, c'était mariage, le dernier de la saison. C'était super... Nous avons suivi un cours de danse bretonne, avec un prof du tonnerre de Zeus, on a dansé toute la soirée non-stop, on a viré les tables et la salle à manger s'est transformée en piste de danse. Il y avait une petite lumière, un groupe très sympathique qui jouait des airs bretons, et ce prof qui dansait avec nous en nous expliquant les pas, puis les musiciens qui accéléraient les mouvements de nos pieds en accélérant le rythme de la musique, et à la fin nous étions tous en nage. Nous sommes beaucoup à avoir dansé beaucoup. On a tous dansé ensemble, tout le monde a été le cavalier de tout le monde et à la fin je me sentais amie avec tout le monde, d'ailleurs c'était la première fois que je faisais la bise à tous les invités qui restaient en partant d'un mariage. J'étais triste que ça se finisse...

Aux Petits Riens, j'ai acheté des cassettes vidéo puisqu'on a encore un magnétoscope. C'était 25 centimes pièce. J'ai pris Le dîner de cons, Peter et Eliott le dragon, Mary Poppins, E.T. et Jurassic Park.

Là où je bosse alimentairement, on n'a pas le droit de prende de congés à Noël. Du coup, j'ai décidé de rester à Brubru, et je vais aller au restaurant avec une amie ! Ca va être zarbi mais chouette, je le sens ! Je vais en profiter pour inaugurer mes nouvelles chausures à talons.

Aujourd'hui j'ai acheté un chou blanc et des papates douces. J'ai cuisiné une compote de pommes que j'ai salée pour voir.

J'ai fini le devant de mon tricot. J'ai fait des erreurs sur la fin ce qui fait que j'ai dû apprendre à défaire le point mousse.

Notre plante a perdu sa dernière fleur, elle a commencé à avoir la gangrène de la deuxième tige du coup j'ai coupé tout de suite et ça n'a pas continué.

J'ai acheté le dernier Jérôme K. Jérôme Bloche qui vient de sortir et il est très bien !

J'ai vu Drive et je suis à mon tour tombée amoureuse de Ryan, qui m'a fait penser à Lucky Luke.

Ce week-end, suite au mariage, nous avions une voiture en notre possession. Du coup, dimanche, nous avons filé jusqu'au Cap Gris-Nez et au Cap Blanc-Nez, que c'était beau et bon et bien ! Il faisait très très brumeux et froid, j'avais un bonnet sur les oreilles, acheté cet été chez Decath' en même temps que mon maillot de bain et mes tongs. Nous avons longuement roulé sur des autoroutes, je crois que nous avions besoin de ce changement d'air. Nous ne disions rien, nous écoutions la radio, parfois on se regardait et on se disait qu'on était bien et c'était vraiment vrai. Sur une aire d'autoroute parce que j'avais envie de faire pipi, la vendeuse qui nous a vendu les chips goût bolognaise pour compléter notre pique-nique était hyper gentille. Tout était désert. C'était hors saison. Sur les plages, il y avait bien quelques gens qui se baladaient, mais alors vraiment pas beaucoup. Il y avait un vent à décorner les boeufs. C'était dépaysant comme la Bretagne. C'était comme si on avait fugué. Très spécial.

Un ami de Rennes m'a fait découvrir sur facebook cette chanson qui me fait un effet boeuf.

J'ai cessé de rêver de parkings.

Dans le métro, je me suis rebellée contre deux mecs qui se foutaient de la gueule d'un autre, ils ne cessaient pas de se moquer, se moquer. J'ai dit "vous me mettez super mal à l'aise là !". Ils m'ont regardée interloqués. J'ai répété plus fort "vous me mettez super mal à l'aise !" et ils ont cessé. Je ne sais pas qui d'eux ou de moi était le plus surpris.

Le noyau de cerise planté dans le rouleau de PQ n'a pas encore germé.

Posté par couac couac à 23:42 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

mardi 9 octobre 2012

CIMG7831_2

Ca, c'était la semaine pas dernière mais celle d'avant, le plat de la semaine, c'était Queues d'écrevisses aux poivrons, recette hongroise du Larousse des cuisines du Monde. C'était pas terrible terrible pour être honnête, et je pense que ce n'était pas uniquement parce qu'on avait oublié d'acheter le persil frisé pour mettre dessus.

CIMG7865_2

CIMG7863

Ca, c'est la super bonne boîte de chocolats. Nous avons entamé son deuxième étage. On s'en souviendra.

CIMG7872

Ca, c'était mercredi dernier. Le matin, je décide de mettre mes chaussures à talons avec ma petite robe. Au bout d'une heure de boulot... je perds un talon ! Partagée entre l'envie de me marrer et l'emmerdement. J'enlève mes chaussures et me retrouve en collants au boulot, à galoper vers un autre rayon, un autre comptoir, demander de la colle forte. Rapidement, la nouvelle circule, mes collègues apprennent l'incident, et l'un d'entre-eux se raboule avec sa paire de sandales dans les mains, vers moi. Miracle, nous faisons la même pointure. Du coup, j'ai passé la journée avec, et à chaque fois que mes collègues me voyaient sortir de derrière le comptoir, ils se marraient. C'était un jour très joyeux et décomplexé. Le midi, pendant ma pause, j'ai rencontré dans la rue un mec que je n'avais pas vu depuis à peu près deux ans, qui me dit, en me regardant de la tête aux pieds "Oooh, mais tu es toute beeelle...". Et on a ri, mais ri !

Et une autre histoire de chaussures : le vendredi, à la piscine, quelqu'un a craché tout jaune sur ma tong que j'avais laissée au bord du bassin.

CIMG7876_2

Ca, c'est mon bon sentiment du dimanche matin, en écoutant France Inter (Fabrice Luchini puis l'émission de cuisine spéciale "cuisine du Nord).

CIMG7878_2

Ca, c'est notre plante qui a la gangrène d'une tige. Vous expliquez ça comment ? On l'arrose trop ? Mais pourquoi seulement d'une tige ?

Bonne soirée, amusez-vous bien demain, c'est mercredi, tous les enfants sont bien contents !

Posté par couac couac à 22:16 - - Commentaires [25] - Permalien [#]