vendredi 18 novembre 2011

CIMG5649

A l'approche de l'hiver, notre appartement est truffé de pièges à mites, à mouches, à souris, toutes ces bêtes qui nous ont envahis un jour. Finalement, les pièges à souris et à mouches n'ont pas servi, elles ont toutes disparu à leur pose. On les laisse au cas où mais on ne les regarde plus, c'est fini la période où je tremblais en rentrant dans la cuisine, de peur de trouver une souricette grise agonisante, ou de peur de ne trouver aucune souris grise morte (et donc toujours en liberté), je ne sais pas. Les mouches, on n'a pas compris d'où elles venaient, on les tuait toutes puis on partait cinq minutes et il y en avait douze nouvelles. Couacman a accroché cet immonde piège puis plus rien. les mites, quant à elles, hibernent l'hiver, on le comprend bien.

Je suis épuisée, je n'ai pas souvenir d'avoir été aussi crevée un jour. C'est physiquement, j'ai mal au pouce, j'ai le genou qui croustille quand je m'accroupis, je cherche un livre pour un client et l est sous mon nez mais je ne le vois pas, même quand ma collègue me dit "làààà !!! il est lààà élisabeth !!!" en le pointant du doigt. Le soir, sitôt un pied dans mon lit, je m'endors... Neuf heures de sommeil ne viennent pas à bout de mes cernes et de mes croustillements d'articulation. Pendant le cours de néerlandais, je baille.

 J'ai fini ma période d'essai de boulot alimentaire, je suis donc officiellement en CDI, et je reçois des tickets repas, auxquels je n'avais pas droit pendant ces six mois de test. Avec les premiers, j'ai invité Couacman au restaurant, on a été chez l'éthiopien, on a mangé avec les doigts et des trucs qui arrachent la gueule, c'était très bien ! A la fin, nous étions ivres et j'avais mal au ventre de trop mangé, ça m'a rappelé Souillac en l'an 2000, où j'ai mangé comme jamais tellement c'était bon, mais que je n'aurais jamais dû parce que j'ai eu un mal de ventre terrible après.

J'ai eu une mauvaise nouvelle pour mon boulot pas alimentaire et du coup j'étais tellement mal que j'ai demandé à Couacman de couper tous mes cheveux parce que j'avais besoin d'un nouveau départ là tout de suite. Alors je suis revenue au acrré plongeant, et puis je suis revenue à un bon moral aussi, parce qu'en fait je suis contente quand même de mes projets, de faire ce que je fais, et puis j'y crois encore, on a la foi quand on s'endort la rage au ventre.

D'ailleurs, j'ai bien taravillé aujourd'hui et je me sens sereine, je sens mes muscles qui se détendent et ça me fait des frissons dans le dos. On écoute les Pink Floyd, et ça m'ennivre. J'aime énormément la chanson "Us and them" qui fait fin du monde. J'aime les coeurs, à un moment, qui me font penser à Fa si la chanter (je sais, c'est pas super vendeur en fait comme référence...).

 On regarde la télé mais presque uniquement pour regarder des débats politiques, sauf l'autre soir où on a regardé Twilight pendant qu'on enregistrait Jurassic Park, et puis l'encore autre soir, on a regardé Confessions intimes et ça nous a endormis. Et puis on regarde Bref et le zapping sur internet, le soir.

On mange du chou vert, du chou rouge, du chou de Bruxelles, du potimarron, du gâteau au thé vert matcha, du chocolat au lait.

On a prévu de tester un régime sans gluten pour voir si ça me rend moins asthmatique (sait-on jamais) mais comme Montreuil et Noël approchent, ça risque de pas être pratique alors on se dit qu'on attendra peut-être janvier. 

On a trouvé le cadeau de 30 ans de Couacman, un samedi après-midi, je ne le lui avais jamais offert puis là, il a flashé sur un bouquin un peu cher alors je le lui ai payé. J'ai demandé un paquet cadeau, et en rentrant chez nous on a fait une tarte aux poireaux, on a mis des bougies dessus, Couacman a fait un voeu et a soufflé ses bougies de 30 ans avec son souffle de 32.

On a déposé des habits au pressing, hier je suis allée les rechercher, ils étaient emballés bien repassés et sentant super bon, dans du papier de boucher rayé rose et blanc. C'était Noël avant l'heure quand on a ouvert ces paquets.

En janvier j'aurai 27 ans.

Cette histoire de déménagement nous a fait parler, parler, parler, Couacman et moi, des heures durant. on s'est demandé si on allait rester à Bruxelles, on se disait "quitte à déménager...". Alors, on a chacun raconté ce qui nous faisiat rêver présentement, dans le détail, ce qu'on voyait pour nous tout de suite, plus tard, comment on sera quand on sera vieux et ratatinés, où on sera, ce qu'on fera, avec qui. On a chacun dit ce en quoi on croyait. C'était très bien... On a établi des stratégies. On restera encore à Bruxelles.

J'ai un neveu nouveau qui est né, mignon, chaud et mou comme un bon bébé qui se respecte. Je suis une tante gaga qui regarde les photos de ses neveux au moins une fois par jour en disant "mwwwoooo".

J'ai trouvé un trèfle à quatre feuilles dans un dictionnaire, au boulot. Je l'ai enfermé dans du scotch, puis rangé dans mon portefeuille à côté de celui que j'avais trouvé par terre au Virgin de Rennes, en attendant mon tour à la caisse. 

 

 

Sur la photo, c'était en revenant de Saint-Dizier, Nancy au mois d'octobre comme Versailles au mois de juillet.

 

Posté par couac couac à 21:09 - - Commentaires [16] - Permalien [#]