samedi 20 novembre 2010

CIMG2723

CIMG2725

CIMG3097

CIMG2729

                                                                                                            entre 11h00 et 15h00

Posté par couac couac à 14:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

mercredi 17 novembre 2010

Il y a des films que j'ai tellement aimé voir, qu'il suffit que je re-regarde leur bande annonce pour être très émue. Ces bandes-annonces, je les regarde tellement que je les connais par coeur, je peux les réciter en y mettant même le ton. Il y a quatre films comme ça, en particulier. Je ne sais pas, ils me parlent, ils me rappellent des trucs, les croque-monsieurs plein de béchamel sur la route des vacances, les villes de banlieue parisienne quand on va prendre le RER le matin, avec leurs pavillons bien arrangés, leurs vieilles villas majestueuses aux jardins très verts et leurs immeubles au rez-de-chaussée logeant des assureurs et des magasins de photocopies. Ils m'évoquent un sentiment très particulier ressenti dans la vie quotidienne, quand des fois on se sent très vivant et pile à la bonne place, qu'il fait un peu froid mais qu'on est grisé par la journée qui démarre, et par le fait de croiser les gens qui vivent leur journée aussi, qui travaillent ou qui vivent leur quotidien, qui avancent, quelque chose que j'ai beaucoup de mal à décrire (un peu comme quand on passe devant une boucherie et que le livreur de viande est en train de partir en saluant le boucher, j'ai le sentiment que les choses sont à leur place, que tout marche bien, j'adore ça. Ca me le fait aussi avec le facteur qui discute en donnant un colis (et dans plein d'autre situations aussi, d'ailleurs). C'est exactement ce que m'évoque la chanson "il est 5h00, Paris s'éveille", qui m'émeut aussi au possible, comme ces films. Les livres pour enfants qui présentent "la ville" me font souvent cet effet là aussi)). Ils me plongent aussi dans une ambiance de vacances, quand on dine tard l'été, qu'il fait nuit, que l'air est plus frais donc on mange à l'intérieur et qu'on se raconte des trucs. Ils me remémorent une simplicité, un truc qui me plait mais que je n'arrive pas à saisir et à décrire. Ils me rendent vraiment heureuse et me montrent les choses telles que j'ai envie de les voir, même si ce sont quatre films assez tristes. Ils me donnent de l'espoir même.

J'attends quelqu'un, de Jérôme Bonnell.
Le chignon d'Olga, de Jérôme Bonnell.
Les yeux clairs, de Jérôme Bonnell.
Mademoiselle Chambon, de Stéphane Brizé.

Posté par couac couac à 00:16 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
lundi 15 novembre 2010

CIMG2467

Ce week-end, c'était pluie, sans arrêt, toute droite, comme une douche. Avec Jérome, nous flémmassions sur notre lit, sous le vélux. Il lisait des Jérôme K. Jérôme Bloche et moi, je me suis carrément remise au patchwork pour tromper l'ennui et en fait, j'ai bien aimé même si j'ai manqué d'un dé à coudre. Mon patchwork, je l'ai commencé à l'école primaire. A l'époque, grande lectrice de La Petite Maison dans la Prairie, je rêvais de me confectionner une courtepointe en petits carrés. J'avais cousu un coeur découpé dans une chute de tissu (du Liberty, eh oui que voulez-vous, j'étais comme ça, j'avais des chutes de Liberty dans ma chambre !), sur un carré pas carré jaune. c'était super moche et j'avais pleuré mais j'avais gardé ce bidule. Et puis un jour, j'ai accompagné Couacmama chez sa copine Françoise (j'avais genre 12 ans), et celle-ci lui avait expliqué la technique du "patchwork américain" (je crois que c'est comme ça que ça s'appelle) et comme j'avais assisté aux explications, et bien j'ai décidé de m'y mettre en rentrant, j'ai découpé ma boîte de Chocapic pour scotcher mes carrés de tissu dessus et hop ! Au boulot ! Depuis, mon patchwork avance d'environ deux carrés tous les deux ans, j'espère que je l'aurai fini dans 79 ans, qu'on puisse m'enrouler dedans avant de me jeter dans mon cercueil. Et j'y ai intégré le coeur loupé sur fond jaune de quand j'étais petite.
Avec Jérome, on s'est demandé comment c'était possible qu'il pleuve autant et sans fin. Jérome disait "moi, je donne pas cher du Groenland !".
Et puis à un moment, tout nous a semblé très silencieux, on s'est demandé ce qu'il se passait et on s'est rendu compte qu'il n'y avait juste plus de pluie qui tombait sur le vélux.
Et aujourd'hui, il a même fait beau. On aura tout vu, comme dirait Couacbrother.

Photo prise dans les WC du cinéma Nova.

Posté par couac couac à 18:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
vendredi 12 novembre 2010

CIMG2692

Nouveau manteau, cinq euros à l'Armée du Salut ! Grand coup de foudre !
(bonne fête Couacdad !) 

Posté par couac couac à 18:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
vendredi 5 novembre 2010

novembre au nord

CIMG2668

CIMG2671

CIMG2674

Posté par couac couac à 17:02 - - Commentaires [13] - Permalien [#]