mercredi 30 avril 2008

petits paquets de nouvelles

Hier, j'ai rencontré Sissi et Monsieur Météo, en vacances dans nos contrées, et je peux enfin répondre à la question que tout le monde se pose : dans un bar, si Sissi a le choix entre une chaise et un bout de banquette, et bien apparament elle choisit le bout de banquette (mais peut-être que ça dépend des fois). C'était un moment chouette et chaleureux, particulier. Je m'en suis réveillée complètement guillerette ce matin.

Aujourd'hui, j'ai passé un oral de philo. Le prof, las de l'école, m'avait donné rendez-vous dans un bar, et en vrai, on a discuté une heure et c'est moi qui lui aie posé des questions (c'était une technique Sioux pour éviter qu'il ne m'interroge et que je ne sache répondre). C'était sympa comme tout.

Dans l'animalerie de la rue de Flandre, il y a maintenant des lapins qui ressemblent à des poneys, et si vous ne me croyez pas, je les prendrai en photo.

Je me suis acheté des chaussons chinois et je les ai mis aujourd'hui malgré la pluie et le vent.

Je monte un grand mouvement de solidarité en faveur d'un garçon de ma classe dont tout le monde se moque parce qu'il porte de très jolies sandalettes (on dirait les miennes, alors je ne vais pas dire le contraire ! ;-) Il y a en particulier un gothique en rangers, qui s'est méchamment moqué de lui, alors que je suis sûre que ça schlingue grave dans ses pompes l'été, et qu'il a plein d'ampoules et qu'il crève horriblement de chaud. Ca m'énèrve n'èrve n'èrve, monsieur l'agent tillesse.

Pour consoler le garçon à sandalettes de tant de bassesse humaine, je l'ai invité à manger demain midi à la maison, et Couacman va lui faire un coktail pour le remonter.

Ce que j'apprécie dans le fait d'habiter au cinquième étage d'un immeuble, c'est qu'on est juste au-dessus de la cime des arbres et  des oiseaux qui volent.

L'autre jour, l'ascenseur s'est coincé et ne voulait plus s'arrêter de monter et descendre (alors que j'étais dedans), et il allait particulièrement vite, c'était assez effrayant. J'ai bien fait cinq ou six allers-retours comme ça entre le rez-de-chaussée et le cinquième étage, j'en ai profité pour tester la sonnette d'alarme et en gros, c'est de l'arnaque, ça fait juste un mini "tring tring" au premier étage, super. Je ne me suis pas trop affolée, j'ai téléphoné à Couacman (qui ne s'est pas affolé non plus puisque l'ascenseur a eu le temps de se débloquer avant qu'il ne débarque) et finalemnt, on s'est arrêté au rez-de-chaussée et j'ai monté les cinq étages à pied. Par contre, après, j'ai rêvé plusieurs nuits que j'étais coincée dans un ascenceur.

En parlant de rêves, l'autre nuit, j'ai rêvé que j'étais un mannequin en plastique des Galeries Farfouillettes, assise sur une estrade, avec une vache à côté de moi, très douce, chaude, sentant bon, et posant sa tête sur mes genoux pour que je lui caresse les oreilles. Vous croyez que ça veut dire quoi ?
Je crois qu'en vrai, si j'ai si bien senti la chaleur de cette vache contre mon flanc, ce devait être Couacman qui se serrait contre moi, ou alors je fais des rêves hypra réalistes. Depuis, j'adore les vaches et rêve de retourner chez les parents de Couacman pour leur faire des bisous entre les yeux.

En parlant de vaches, l'été dernier, Couacman avait cueilli des cerises sur un arbre situé au milieu de l'enclos des vaches chez ses parents, et l'une d'elles, curieuse, était venue voir ce qu'on faisait et avait mangé des cerises avec nous. A un moment, elle s'était avancée vers moi avec un peu trop d'aplomb et j'avais murmuré "pschit" en faisant un micro mouvement des phalangettes, et elle avait tourneboulé des yeux et s'était barrée en courant.

En parlant de faire pschit, hier, je marchais dans la rue et j'ai fait peur à un pigeon qui s'est envolé et s'est posé sur la route, et je ne veux pas être pessimiste mais je crois bien qu'il s'est fait écraser par une voiture. J'ai un peu culpabilisé...

Et sinon, ce soir, au cours de nu, le modèle (homme) a posé en slip, rose.

Posté par couac couac à 21:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]